03.04.2013 Marquis de Sade, 120 jours et trente ans plus tard. Deux articles à 21 minutes de distance

Rouleau

Caché, disparu, volé, racheté, le manuscrit mythique de Sade revient en France

VINCENT NOCE 3 AVRIL 2014 À 00:20

A l’automne 1785, (pendant trente-sept jours, de sept à dix heures du soir) l’auteur met en forme ses brouillons, en un texte d’une écriture serrée et minuscule sur des feuillets de 11,5 cm de large, en partie recto et verso, collés bout à bout pour former un rouleau de 12,10 mètres de long. Il le dissimule entre les pierres de sa cellule.

Bastille 1789

Le 2 juillet 1789, Sade harangue de sa fenêtre la foule des sans-culottes réunie sur la place de la Bastille. Le gouverneur de la prison le fait transférer à l’hôpital psychiatrique de Charenton, sans ses affaires. Lorsque la prison est prise d’assaut et incendiée, l’écrivain croit son manuscrit perdu, ce dont il ne se remettra jamais. Ce qu’il ignore, c’est qu’il a été récupéré par un des assaillants, Arnoux de Saint-Maximin. Premier méfait d’une série qui se poursuivra jusqu’à nos jours.

En 1900, ses descendants vendirent le rouleau au psychiatre allemand Iwan Bloch, qui en fit éditer une première transcription sous le pseudonyme d’Eugen Dühren. En 1929, le vicomte Charles de Noailles et son épouse Marie-Laure rachètent le rouleau. Elle est une des descendantes de Sade. Le couple est ami et mécène des surréalistes, d’André Breton, de Georges Bataille et de Salvador Dali, qui célèbrent la violence subversive de son oeuvre. Les Noailles financeront le tournage de L’âge d’or de Salvador Bunuel, qui mettra en rage l’Eglise et les ligues fascistes. Ils confient l’analyse et la publication des 120 journées de Sodome à Maurice Heine, qui le proposera par souscription pour éviter la censure.

MANUSCRIT VOLÉ

En 1982, à l’Ermitage de la Pompadour où elle vit à Fontainebleau, leur fille, Nathalie de Noailles, commet l’imprudence de confier le précieux document dont elle a hérité à un éditeur qui cultive son amitié, Jean Grouet, qui prétend vouloir l’étudier. A sa demande, il lui ramène l’étui en cuir (qui n’est pas d’une forme phallique, comme le prétend la légende)… dont la famille découvrira qu’il a été vidé de son contenu. Continuer la lecture de « 03.04.2013 Marquis de Sade, 120 jours et trente ans plus tard. Deux articles à 21 minutes de distance »