12.12.2011 – Since Photography, catalogue de vente de photographies à Drouot Montaigne

12.12.2011 Since Photography couv

Commissaire-priseur : Me Alexandre Giquello. La convention essentielle de catalogage concerne la datation des œuvres, l’époque donnée pour chaque photographie est celle de l’épreuve positive, et du premier usage de celle-ci.

12.12.2011 Since Photography Baldus

Les notices ont été préparées par Jean-Mathieu Martini et toute l’équipe de Photocéros selon les principes de description “spécialement établis pour décrire des épreuves photographiques positives, avec leur histoire et leurs stigmates, et non des images référencées par leur numéro de négatif.

12.12.2011 Since Photography Ponti

Elles ont été rédigées en français et résumées en anglais avec l’aide de Farrah Spott.

12.12.2011 Since Photography Greene
Calotypes, Paris et la France, Études d’arbres, Corot, Paysages, Désastres de la guerre, Théâtre italien, Atget, Anschütz, Janssen, Marey, Kühn, Monet, Métropolis, Gimpel, Man Ray,Edgerton, Brehme , Salas Portugal, Brassaï, Robert Franck, Morath, Callahan, Cavalli, Giacomelli, Christo,

marey

Le catalogue présente en particulier un important ensemble d’épreuves positives de Marey.

“La nouveauté chronophotographique impose une révision du regard, habitué à ne juger, en matière de beauté, que de ce qu’il est habitué à voir. La vérité scientifique, nécessairement dérangeante, remet en cause non seulement l’objectivité apparente du regard, mais tous les acquis du goût et du jugement esthétique :
– Le laid ne serait-il que l’inconnu, et la vérité blesserait-elle nos regards quand nous la voyons pour la première fois ?
Ainsi Marey (Le Mouvement, 1894) renvoyait-il les artistes à leur incapacité de perception occulaire.

(Michel Frizot, Étienne-Jules Marey Chronophotographe, Paris, Nathan-Delpire, 2001 p. 284)

12.12.2011 Since Photography Edgerton

Accès au pdf complet : SINCE PHOTOGRAPHY CATALOGUE COMPLET.PDF

Estimations : 12.12.2011 Since Photography estimations

12.12.2011 Since Photography Ollivier

Résultats : 12.12.2011 Since Photography résultats

10.12.2009 – Cinéma, Instruments de la Passion Catalogue de la vente du 10 décembre 2009 à Drouot Richelieu

catalogue_vente_Cinema_10.12.2009

Commissaire-priseur : Me Alexandre Giquello. Catalogue de la vente au enchères du 10 décembre 2010 conçu par l’équipe de Photocéros.

“Alors que l’exposition Film und Foto de 1929 intégrait le thème du cinéma dans les objets exposés, que le MOMA nouvellement créé lui consacrait une part essentielle de son activité, que la librairie Corti en 1932 publiait une bibliographie de l’art cinématographique, les désastres de la crise économique et de la guerre ont interrompu le processus de recension et de constitution de collections patrimoniales.
Avec le nouveau siècle qui commence et renvoie les spoutniks au rayon des moulins à café, la préoccupation revient de choisir et décrire quelques objets rescapés de la grande aventure du cinéma depuis ses précurseurs préoccupés de magie lumineuse et de chronophotographie.
Les 309 lots présentés ici ont en commun de dater de l’époque de leur premier usage et de témoigner par leur capacité d’évocation, de la passion et du labeur qui accompagna la création des premiers chefs-d’œuvres animés. L’image fixe se révèle être le meilleur témoin de l’image animée.
Ce travail a été rendu possible grâce aux ressources désormais disponibles sur internet comme la base de données en ligne de la Cinémathèque française. Néanmoins, il existe encore des films et des situations pour lesquels les auteurs et les photographes de plateau n’ont pas encore été identifiés ; nous avons utilisé des crochets lorsqu’un doute persistait quant à l’identité de l’auteur. Un complément et une liste d’errata seront publiés sur le site consacré au thème des incunables du cinéma.

Les épreuves sont présentées dans des pochettes de protection en mylar 75 microns ou sous passe-partout en carton non acide et plexiglass anti-UV.”

Cinema instrumnets 1

Marey

Cinema instrumnets 3

Mélies

Cinema instrumnets 2

Une valise mystérieuse

Le catalogue en papier est devenu très vite bien rare mais le pdf complet peut être téléchargé en cliquant sur ce lien : catalogue vente Cinema 10.12.2009

Les estimations sont ici : Estimations Vente Cinema 10 decembre

Les résultats sont ici : RESULTATS de la vente Cinema 10.12.2009

Deux autres ventes concernant le patrimoine physique du cinéma ont été organisées avec Me Alexandre Giquello :
Alexandre Trauner le 24.10.2012
Cinéma ! le 30.05.2013

Paris.Photo.2008 (douzième salon) Grand Inventaire, Huit : Where ?

huit Where 1108 couv

“De Karnak à la planète Mars, les photographies nous invitent à nous déplacer dans le temps et dans l’espace, dans l’histoire et dans les modes de vie, dans les styles et les idéologies. Des temples de l’ancienne Égypte à la Magna Grecia de l’Italie méridionale (Paestum), de la Rome classique (Colisée et temple de Vesta) jusqu’au Nouveau Monde (représenté par les antiques murs de Cuzco et la flèche déjà classique du Chrysler Building), bientôt nous nous engageons dans le chemin de l’espace, promesse de nouvelles frontières. Au cours d’un voyage vers la Lune a été prise la célèbre photographie du globe terrestre qui ne cesse depuis de nous fasciner, en montrant les rapports de proportions de notre planète à ce qui l’entoure.

Nous nous déplaçons dans l’histoire, empruntant les sentiers de la gloire et surtout de la folie militaire, comme la plaine de Balaklava, où a été consommé l’un des actes les plus insensés de la stupidité humaine, une charge infinie de cavalerie à terrain découvert contre des batteries d’artillerie, et contre les ordres des supérieurs. Le visage absorbé d’un enfant, perdu dans l’examen d’un soldat de plomb représentant Frédéric de Prusse, nous aide à nous rappeler combien l’homme conserve dans l’âge adulte ses faiblesses par rapport à la fascination irrationnelle du jeu destructeur de la guerre. Tranchées, bombardements et camps de détention nous ramènent par contre à la réalité des conséquences concrètes de la guerre. Car la guerre ne limite pas son oeuvre de destruction aux seules périodes pendant lesquelles elle est livrée ouvertement. Le bureau de Mussolini rédacteur en chef de journal pendant les années qui précèdent la prise du pouvoir en 1922, est une minutieuse mise en scène, qui illustre l’idée d’une lutte politique continuation de la guerre et utilisant les mêmes moyens. Sur la table se trouvent plus de revolvers et de grenades que de livres et de stylos, tandis que la simplicité de l’aménagement voudrait suggérer au spectateur l’austérité et le sens de sacrifice du soldat prêt à partir à tout moment…” (préface de Luca Enaudi)

Le texte est disponible en pdf, mais en plusieurs parties :

huit final
huit final 2
huit final 3
Huit final 4

03.06.2008 Metropolitan Museum Of Art : Framing a Century, un siècle de photographie exposé en treize artistes

“The exhibition tells the story of photography’s first one hundred years through the work of key figures who helped shape the aesthetic and expressive course of the medium: Gustave Le Gray, Roger Fenton, Carleton Watkins, William Henry Fox Talbot, Julia Margaret Cameron, Nadar, Édouard Baldus, Charles Marville, Eugène Atget, Walker Evans, Man Ray, Henri Cartier-Bresson, and Brassaï. The exhibition presents ten to twelve iconic works by each of these artists to convey a broad sense of their contributions to photography. Many of the works are drawn from the Museum’s 2005 acquisition of the Gilman Collection.” Read More

Malcolm Daniel, Curator in charge, Department of Photographs, has authorized us to reproduce the complete list of works that were exposed in Framing a Century, Masters Photographers for which no printed trace currently exists. Thirrteen photographers :

William Henry Fox Talbot, 1800–1877 (02.1)
Botanical Specimen, ca. 1835 The Oriel Window, South Gallery, Lacock Abbey, probably 1835 Bookcase at Lacock Abbey, 1839 Winter Trees, Reflected in a Pond, 1841–42 The Open Door, April 1844 Articles of Glass, 1841–44 Bust of Patroclus, August 9, 1843 The Boulevards at Paris, May–June 1843 Cathedral at Orléans, June 21, 1843 The Tomb of Sir Walter Scott, in Dryburgh Abbey, 1844 Loch Katrine Pier, Scene of the Lady of the Lake, October 1844 Plymouth from Mt. Edgcumbe, September 1845 Fruit Sellers, ca. 1845 Dandelion Seeds, 1858 or later; photogravure The Pencil of Nature, 1844–46 A Scene in a Library, 1841–44

Roger Fenton, 1819–1869 (02.2/08.2)
South Front of the Kremlin from the Old Bridge, 1852 Wharfe and Pool, below the Strid, 1854 Landing Place, Railway Stores, Balaklava, 1855 Roslin Chapel, South Porch, 1856
Falls of the Llugwy, at Pont-y-Pair, 1857 Salisbury Cathedral—The Nave, from the South Transept, 1858 Still Life with Fruit, 1860 Landscape with Clouds, probably 1856 Reclining Odalisque, 1858 Self-Portrait, February 1852 Rievaulx Abbey, the High Altar, 1854

Carleton Watkins, 1829–1916 (09.2)
“Grizzly Giant,” Mariposa Grove, California, 1861 The Town on the Hill, New Almaden, 1863 Sweat House, 1863 Cape Horn near Celilo, 1867
View on the Columbia, Cascades, 1867 Multnomah Falls, Oregon, 1867 San Francisco, from California and Powell Streets, 1864 Looking Up Among the Sugar Pines—Calaveras Grove, 1878 Devil’s Canyon, Geysers, Looking Down, 1868–70 Strait of Carquennes, from South Vallejo, 1868–69

Nadar, 1820–1910 (01.2)
Seated Model, Partially Draped, 1856–59 Standing Female Nude, ca. 1855 Théophile Gautier; Jules Janin, both, ca. 1856 Eugène Pelletan, 1855–59
Gioacchino Rossini, March 1856 Pierre-Luc-Charles Cicéri, 1855–60 Catacombs, Paris, April 1862 Nadar with His Wife, Ernestine, in a Balloon, ca. 1865 Self-Portrait in American Indian Costume, 1863 Alexandre Dumas, November 1855
Pierrot Laughing, 1855 (with his brother Adrien Tournachon) Pierrot Running, 1854–55 (with his brother Adrien Tournachon)

Julia Margaret Cameron, 1815–1879 (02.2)
Kate Keown; Philip Stanhope Worsley, both, 1866 Sir John Herschel, April 1867 Christabel, 1866 Zoe, Maid of Athens, 1866
Sappho, 1865 The Mountain Nymph Sweet Liberty, 1866 After Perugino. The Annunciation, 1865–66 Déjatch Alámayou, King Theodore’s Son, July 1868 Alfred, Lord Tennyson, July 4, 1866 The Parting of Lancelot and Guinevere, 1874 Mrs. Herbert Duckworth, 1867

Gustave Le Gray, 1820–1884 (01.2/13.2)
Oak Tree and Rocks, Forest of Fontainebleau, 1849–52 Mission héliographique, Remparts, Carcassonne, 1851 Forest of Fontainbleau, ca. 1856 Tree Study, Forest of Fontainebleau, ca. 1856
Brig on the Water, 1856 Cavalry Maneuvers, Camp de Châlons, 1857 Imperial Yacht of Reine Hortense, Le Havre, 1856 Temple of Edfu, Égypte 1867 The Great Wave, Sète, 1857 Nude, ca. 1856 Portrait of Gustave Le Gray, 1854 (with Alphonse de Launay) Mediterrannean Sea at Sète, 1857

Charles Marville, 1816–1879 (01.2)
Man Lying beneath a Chestnut Tree, 1850–53 Allegorical Sculpture of Industry, Pont du Carrousel, 1852 South Portal, Chartres Cathedral, 1854 Cloud Study with the Dome of the Invalides, 1855–56 The Mummified Cat (Found in the Excavations of Rue de Constantine – Impasse Briare, 1860s Rue Estienne, from the rue Boucher, 1862–65 Cour Saint-Guillaume, ca. 1865 Arts et Métiers (Ancien Modèle), 1877 The Bièvre River near the Gobelins, ca. 1865

Édouard Baldus, 1813–1889 (01.2)
Château of Princess Mathilde, Enghien, 1854–55 Entrance to the Port of Boulogne, 1855 Group at the Château de la Faloise, 1857 Imperial Library of the Louvre, 1856–57
Lyon during the Floods of 1856, June 1856 Pont en Royans, ca. 1859 Tunnel, Vienne, ca. 1861 “The Monk,” La Ciotat, ca. 1861
Cloister of Saint-Trophîme, Arles, ca. 1861 “Eagle’s Beak,” La Ciotat, ca. 1861

Eugène Atget, 1857–1927 (01.4/01.6)
Organ-grinder, 1898–99 Versailles, The Orangerie Staircase, 1901 Water Lilies, 1910 or earlier 15, rue Maître-Albert, 1912 Ville d’Avray, 1923–25 Saint-Cloud, July 1921 Versailles, 1923 Versailles, 1923 Rue Asselin, 1924–25 Avenue des Gobelins, 1925 Avenue des Gobelins, 1927 Rue de la Montagne-Sainte-Geneviève, 1924

Walker Evans, 1903–1975 (09.6)
East River, New York City, 1929 Torn Movie Poster, 1931 Votive Candles, New York City, 1929–30 Bedford Village, Westchester County, New York, 1931 Coal Dock Worker, 1933 Room at Louisiana Plantation House, March 1935 Negro Church, South Carolina, 1936 Alabama Tenant Farmer, 1936 Kitchen Corner, Tenant Farmhouse, Hale County, Alabama, 1936 Billboard, Birmingham, Alabama, 1936 Subway Passenger, New York, 1938–41 Penny Picture Display, Savannah, 1936

Henri Cartier-Bresson, 1908–2004 (01.6/04.6/05.7/10.6)
Allée du Prado, Marseilles, 1932 Hyères, France, 1932 Quai St. Bernard, Paris, 1932 Valencia, Spain, 1933
Barrio Chino, Barcelona, 1933 Andalusia, Spain, 1933 Santa Clara, Mexico, 1934 Seville, 1933
Sunday on the Banks of the Marne, 1936–38 Dessau, Germany, 1945 Calle Cuauhtemoctzin, Mexico City, 1934

Man Ray, 1890–1976 (01.6)
Woman, 1918 Marcel Duchamp, ca. 1920 Jean Cocteau; Kiki Drinking, both, 1922 Barbette Dressing, ca. 1926 Marcel Proust on His Death Bed, 1922 Frames from Emak Bakia, 1927 Rayograph, 1923–28 Jacqueline Goddard; Male Torso, both, 1930 Arm, ca. 1935 The Model, ca. 1933

Brassaï, 1899–1984 (01.6)
Pont Marie, Île Saint-Louis, 1930–32 A Pillar of the Corvisard Metro, 1945 Rainy Day on the Champs Elysées, 1931; Rain in Paris, ca. 1931 Morris Column in the Fog; Lesbian Couple at the Monocle, both, 1932 Big Albert’s Gang, Place d’Italie, 1931–32 Introductions at Suzy’s, 1932-1933 Street Fair, Boulevard St. Jacques, Paris, 1931 Kiki and Her Accompanist, Cabaret des Fleurs, ca. 1932 A Vagrant Sleeping in Marseille, 1935 Nude, 1931–34 Involuntary Sculpture (from a Retarded Person), 1932 Graffiti, Paris, 1944–45 ; Plane Tree, Paris, 1945 La rue Quincampoix and its hôtels de passe, 1933

Continuer la lecture de « 03.06.2008 Metropolitan Museum Of Art : Framing a Century, un siècle de photographie exposé en treize artistes »

PHOTO.LA.2007 (16e édition) Méliès Man Ray

Première participation de notre galerie à Photo-LA

The 16th International Los Angeles Photographic Art Exposition Santa Monica Civic Auditorium 1855 Main Street Santa Monica, CA 90401

Chez Man Ray

Marc Allégret. Studio de Man Ray en plongée.

Barbe-Bleue-Melies

 

Méliès, A Still from Barbe-Bleue

30.05.2006 Steven Manford : Behind the Photo The Stamps of Man Ray

30.05.2006 Stamps I couv Man Ray

Première édition de l’essai de Steven Manford, connu sous le nom de “Man Ray Stamps Book”.

An Essay on the Stamps of Man Ray

“What began for me as a chore : finding good stamp impressions and photographing them, evolved into a playful challenge. How many stamps could I find in the course of my various investigations & inquiries into Man Ray’s life in photography ? How manywere there ? Which were the posthumous creations of others ? Were there really any fake stamps ?

Such questions provided ample excuse and enough intrigue to revisit several hundred photographs, and my findings so far have been extraordinary. This concise monograph’s purpose is to introduce the highlights of ongoing research and concurrent contemplation of Man Ray’s (and regrettably, ‘others’) handiwork — his handwriting & signatures, the grease pencil marks, custom stamps, printer instructions, dedications, certifications, and of course : the stamps – originals & copies, lifetime & posthumous.

Though I am reluctant to admit it, often a photograph’s verso becomes more compelling than the black and white image : rich with history, giving their testimony Page of Stamps assembled by the Man Ray Trust like pages from a diary…”

The second and then third édition followed in 2007 and 2009.

20.11.2004 Kiki de Montparnasse, Souvenirs Retrouvés (Éditions José Corti)

Couverture KIKI 1929

Couverture du livre au texte très différent, de 1929.

« Voici le seul livre pour lequel il me soit jamais arrivé d’écrire une préface et, que Dieu m’entende, ce sera le dernier » écrivait Ernest Hemingway en 1929 en tête d’un singulier petit volume composé par une bien jeune femme, Kiki.

Il aimait tant ce livre qu’en novembre 1931, il en offrit un exemplaire au docteur Carlos Guffey qui avait sauvé la vie de sa femme et de leur bébé avec le manuscrit autographe de Death in the Afternoon.

Hemingway écrivit pourtant une seconde préface, en 1934, pour le livre de Jimmie Charters, barman du Dingo, rue Delambre et ancien boxeur professionnel de Liverpool. Kiki écrivit elle aussi un second livre de souvenirs, en 1938.
Les dates, les lieux, les personnages et même les aventures semblent correspondre, mais si l’on confronte les deux textes, il est presque impossible d’y trouver une seule phrase identique.

Kiki, née en 1901, n’a que vingt-huit ans quand Man Ray, Henri Broca et Edward W. Titus (le mari d’Elena Rubinstein) l’invitent à publier ses mémoires en français (Kiki, Souvenirs) et en anglais (Kiki’s Memoirs). Hemingway précise : « si vous voulez des livres composés par des ladies, voici un livre écrit par une femme qui n’a jamais à aucun moment été une lady ; pendant dix ans, elle a été, dans la mesure où notre époque le permet, ce que l’on appelle une reine, c’est très différent, bien sûr, que d’être une Lady. »

Kiki dans une belle robe
Reine, Kiki est d’ailleurs élue, en cette année 1929, reine de Montparnasse. Comme dans les contes de fées, elle est pourtant une petite fille de rien du tout.
Le livre de 1929 a un succès merveilleux, Kiki embrasse chaque acheteur le jour du lancement, le 25 juin 1929, au restaurant Falstaff. La décision de la censure américaine de le saisir et de l’interdire, avec Ulysses de Joyce, transforme la destinée du livre qui rejoint les livres maudits devenus mythiques.
Aujourd’hui, objet d’études aux États-Unis, les Souvenirs de Kiki ont soulevé de nombreuses interrogations. Quelle influence sur le texte ont eu les différents éditeurs, le français Henri Broca d’abord, puis Edward Titus et surtout le sulfureux Samuel Roth qui réédita le texte sous le manteau avec comme titre « The Education of a french Model » ? Quelles furent les relations de Kiki et de Man Ray dont la rencontre bouleversa l’histoire de la photographie moderne avec des compositions comme « Blanche et Noire » ? Comment Montparnasse fut-il l’espace d’une décennie le lieu le plus fertile de la création artistique de la planète ?
Pourquoi Kiki en est-elle le plus pertinent témoin, elle qui était souvent à l’initiative des fêtes nocturnes ?
Un Américain consacra une partie considérable de son existence à vérifier les circonstances de l’existence et des aventures de Kiki.
Billy Klüver arpenta les rues et ruelles de Montparnasse à la recherche des souvenirs et des indices, et en fit deux beaux livres traduits en français Kiki et Montparnasse, et Kiki souvenirs.

Neuf ans se sont écoulés entre l’agréable texte de 1929 et ce nouveau livre composé pendant l’année 1938.

kiki endormie

Kiki a maintenant 37 ans et une singulière expérience du succès et des épreuves ; quelle ironie pour elle – petite fille de rien du tout qui n’a été à l’école qu’un an – déjà traduite et publiée. Une cure de désintoxication lui procure de fait l’occasion de se retourner sur son passé si proche et déjà lointain.
Avec l’aide d’André Laroque, qui travaille aux impôts le jour et l’accompagne à l’accordéon la nuit, elle compose ce texte poignant, tapé sur la machine à écrire des Contributions Indirectes, qu’elle accompagne de quelques dessins et surtout de précieuses photographies (dont plusieurs inédites de Man Ray).
Comme cela est perceptible dans les trois chapitres publiés en 1950 dans Ici Paris, seule partie publiée du texte, – la guerre ayant repoussé puis empêché la publication de la totalité du manuscrit – Kiki se livre à nous « sans fard ni artifice ».

Après la disparition de Kiki, le 23 mars 1953, André Laroque tenta de faire éditer le texte et fut en relation avec un agent d’André Breton, mais l’époque avait changée — et Kiki avait la dent un peu dure avec les surréalistes, même si une rustine maquille le passage le plus sévère. 
Le manuscrit accompagné de ses photographies disparut alors dans l’une des cachettes les plus impénétrables de Paris pendant cinquante ans, au milieu de mille cartons, avec une simple mention sur une petite étiquette de bristol : « infiniment précieux ».

20.11.2004. couv Kiki de Montparnasse

Couverture de l’édition José Corti, 2004.

Mise en page des illustrations préparées par Kiki et retrouvées avec son tapuscrit : 20.11.2004. Kiki de Montparnasse