30.05.0001 Vente Cinéma ! du jeudi 30 mai 2013 Accès au catalogue

 

Après la vente Alexander Trauner en octobre 2012, plantureux a été chargé de concevoir le catalogue de la vente Cinéma du jeudi 30 mai 2013, Isabelle Champion analysant et présentant les lots.

Des photographies de repérage et de plateau, quelques photographies d’exploitation de films bien rares du cinéma expressionniste allemand, quelques bobines exceptionnelles. Il reste encore quelques mystères que l’érudition et la sagacité d’Isabelle Champion et de ses amis cinéphiles passionnés n’ont pu percer. Spécialement conçu pour les tablettes, le catalogue prévu comme une cascade serpentine anopistographique n’existe qu’en version numérique.

Catalogue Cinéma 30 mai 2013

Un grand nombre de tirages d’époque rares, collectionnés par deux professionnels parisiens depuis les années 30, sont reproduits et décrits. La partie consacrée à l’Expressionnisme allemand est remarquable grâce notamment à des photographies du Cabinet du Dr. Caligari (lot 56), du Golem (lots 60 et 61), du Cabinet des Figures de Cire (lots 62 à 71) du Dernier des hommes (lots n° 96 à 98) ou d’Asphalt (lots 94 et 95).

On y trouve ainsi les débuts de la firme Pathé (lots 1 à 13), le J’accuse et le Napoléon d’Abel Gance (lot 17 à 20) mais aussi Jacques Tati (lot 181 à 184) et la Nouvelle Vague (lot 185 à 198), nn étonnant ensemble de collages et de scrapbooks du club cinéphilique russe de Leningrad Sysiphe, datant de 1925.

L’âge d’or d’Hollywood est représenté avec une photographie dédicacée par le couple mythique d’Autant en emporte le vent (lot 145) et des portraits de stars américaines et européennes comme Greta Garbo, Louise Brooks, Anna May Wong ou Katharine Hepburn. L’Italie n’est pas oubliée avec Federico Fellini, Anita et Marcello dans La Dolce Vita (lots 213 à 216), ou encore De Sica, Antonioni, Monica Vitti, Sophia Loren et Anna Magnani.

Film de Brian Moser

Et une bobine très étonnante du reportage peu connu de Brian Moser sur la mort du Che Guevara et de longues séquences sur le procès de Régis Debray (emprisonné à Camiri, Bolivie de 1967 à 1971). Nous avons eu l’honneur de projeter le film le 17 mai 2013 en présence de Monsieur Debray qui n’avait jamais eu l’occasion de voir ces images.

 

Un extrait numérisé du film de Brian Moser est disponible sur http://www.youtube.com/watch?v=Tn9XRQwnHsM

Commissaire-priseur Me Alexandre Giquello. Binoche et Giquello, 5 rue La Boétie.

Lyes Hammadouche et Romain Renault ont conçu un petit teaser de l’évènement : https://www.plantureux.fr/2013/05/19/19-05-0001-le-teaser-de-la-vente-cinema/

Par Lyes Hammadouche et Romain Renault. Musique : Hicham Chahidi. Source : http://www.musicscreen.be/

01.11.2006 Mois de la Photo à Paris (14e édition) : Che Guevara

Les photographies sont des objets

Les photographies sont des objets. De même que pour les livres ou les
dessins, l’amour des photographies originales, des tirages d’époque
transforment ceux qui les apprehendent en enquêteurs tenaces.

L’observation attentive de leur surface sensible, l’étude de leur support de
papier, de verre, de métal, l’analyse des tampons et des mentions portées au
verso ou sur le montage participent de cette passion pour la photographie,
complements indispensables des savoirs théoriques.

De petits ouvrages de 48 pages de papier, dévoilés pour le mois de la photo
2006, abordent tous ses aspects de la matérialité des épreuves. Abondament
illustrés de reproductions des images mais aussi de leurs verso, les carnets
de Rhinocéros jr s’inscrivent dans un programme en plusieurs langues selon
les zones linguistiques de création d’origine des livres et des
photographies (voir le programme).

Les auteurs des carnets sont des chercheurs (tampons de Man Ray), des
collectionneurs (ferrotypes d’enfants americains), de jeunes enfants qui
s’exercent au découpage et au photo-montage (Cartier-Bresson rue de la
Jussienne), des familles qui redécouvrent l’œuvre oubliée d’un ancêtre dans
un grenier (Edmond Lebel), ou des collecteurs plus mystérieux comme Franco
il Gaucho.

L’exposition présentée Galerie Vivienne coïncide avec la sortie du carnet consacré aux
portraits “primitifs” du Che Guevara
. Dès les mois qui suivent sa
disparition en 1967, sous la première impulsion de Feltrinelli, quelques-uns
de ses portraits se sont multipliés dans des quantités et des proportions
planétaires.

Mais pendant les huit courtes années qui séparent la révolution cubaine de
1959 de son départ et sa mort, le Che a été photographié et ses portraits
diffusés a quelques journaux, quelques compagnons, des aggrandissements
réalisés pour orner quelques ateliers de la Havane.

Ces rares tirages d’époques, ces épreuves aux formats modestes ou
inhabituels, portant parfois les stigmates d’une existence mouvementée sous
un climat hostile au papier, ces “vintages” comme les appellent les
collectionneurs seront exposés dans notre galerie.

Serge Plantureux