21.01.2015 Nouvelle pièce versée au débat sur le statut des épreuves anciennes revendiquées dans de nouveaux contextes : le tampon “Ne pas rendre” de l’agence Magnum

Rendre : remettre une chose entre les mains de celui à qui elle appartient, de quelque manière qu’on l’ait eue” (Wiktionnaire).

Ne pas rendre : Not to be returned

 

IMG_8151

 

IMG_8153

Continuer la lecture de « 21.01.2015 Nouvelle pièce versée au débat sur le statut des épreuves anciennes revendiquées dans de nouveaux contextes : le tampon “Ne pas rendre” de l’agence Magnum »

30.04.2011 John G. Morris : Photo Diary, photographies à Drouot Montaigne

30.04.2011 John Morris Photodiary

Commissaire-priseur : Me Alexandre Giquello.
Catalogue conçu et réalisé par Photocéros avec Kristen Gresh.
C’est le premier catalogue de vente aux enchères où il a été possible de donner avec une précision relative (parfois le jour exact) la date de tirage de chaque épreuve du XXe siècle, car John Morris avait la mémoire de chaque première parution en tant que “Picture Editor”. Il a transmis sa mémoire en en transcrivant de sa main le récit au dos de chaque épreuve. Kristen Gresh a écrit l’introduction du catalogue (disponible en anglais dans le pdf) :

John Morris dday

“Le vingtième siècle constitue une grande époque de storytelling visuel, quand les photographies de presse étaient développées et tirées systématiquement pour leur distribution et publication. Les photographes étaient constamment proche de l’action et ont produit des récits photographiques d’une grande qualité publiés dans des magazines et des journaux comme Life, Ladies’ Home Journal, Holiday, The New York Times, et The Washington Post. Ces photoreportages étaient le résultat d’une collaboration entre les rédacteurs de photo et les photographes. A ce moment-là, comme aujourd’hui, éditer des photographies allait de l’attribution des missions à la mise en page et la publication ; cette édition faite en coulisse joue un rôle décisif dans la construction de notre identité visuelle collective.

L’essor de la photographie numérique contribue à l’importance aujourd’hui prise par les photographies de presse du siècle dernier en les transformant en objets historiques. Ces objets ont de plus en plus de valeur historique et mérite d’être collectés, étudiés et préservés. Le John G. Morris Photo Diary est une collection éclectique amassée par un rédacteur de photo de grande renommée tout au long de sa carrière de soixante-quinze ans. Ces 230 photographies, avec des écritures personnelles sur le verso de chaque épreuve, constituent une anthologie visuelle, voire une collection unique qui a la spécificité de ne pas être compilée par un collectionneur mais par un professionnel du photojournalisme.

John Morris capa

C’est la collection de quelqu’un qui, dans le passé, jetait des tirages d’Henri Cartier-Bresson et d’autres photographes à la poubelle lorsqu’il avait terminé de s’en servir pour imaginer des mises en page ou bien lorsqu’ils n’étaient pas publiés. Une grande partie de ces documents sont des épreuves qui lui ont servi comme documents de travail. C’est aussi un recueil de photographies qui lui ont été données à travers le temps par ces amis et collègues parmi les plus grands photographes du vingtième siècle. Cet ensemble atypique inclut des épreuves rares, certaines avec des marques de rédaction, crayon gras ou tampons de censure datant de temps de guerre. Ces traces d’histoire ajoutent à leur valeur ainsi qu’à l’histoire de la photographie, du photojournalisme et des médias.
Le John G. Morris Photo Diary raconte visuellement la carrière de Morris et révèle sa position au cœur du photojournalisme, tout en complémentent son autobiographie Get the Picture. Le Diary commence lorsqu’il est étudiant à l’Université de Chicago ou il a crée et édité le magazine des étudiants Pulse. Après ses études, il a travaillé pour le magazine Life et est devenu leur rédacteur de photo à Londres pendant la guerre. Morris est celui qui a sauvé les onze images légendaires du jour du débarquement des Alliés en Normandie lorsque l’émulsion fondue a accidentellement détruit la plupart des précieux négatifs. Le Diary comprend également l’œuvre de Morris comme photographe de la Libération de la France lorsqu’il a accompagné les correspondants de guerre : German Surrender in Normandy ou Annotated Rennes Contact Sheet. Se trouve également dans cette section une image rare de Capa at Work, n°28, qui montre Capa photographiant la reddition de soldats allemands.

John Morris allende

Après la Seconde Guerre Mondiale, Morris, au Ladies Home Journal (LHJ), a continué de travailler avec son ami proche Robert Capa et d’autres photographes comme Sol Libsohn, co-fondateur de la New York Photo League, et Esther Bubley. Il a conçu la série People are People the World Over (1947-1948) qui avait pour but d’illustrer une humanité partagée par tous, illustrant des familles d’agriculteurs de douze pays différents. People are People a inspiré Edward Steichen dans la concéption de sa grande exposition de 1955, The Family of Man. Elle était également une des premières commandes pour la jeune agence coopérative Magnum Photos qui a été fondé en 1947. Morris a envoyé Capa photographier une famille en Slovaquie ; au retour de sa mission prolongée, Capa lui a offert une des pièces maîtresse de cette collection : la passionnante Gypsy Wedding, n° 48. Ce n’est qu’une des nombreuses photographies inédites du Diary qui enrichit notre lexique visuel et complète notre connaissance des images iconiques.

En 1953, Morris est devenu International Executive Editor de Magnum, et a aidé la jeune agence à passer ses années les plus difficiles. Morris était responsable de la négociation des droits des photographies d’Henri Cartier-Bresson notamment lorsqu’une de ses photos a fait la Une en janvier 1955 de Life. Military Appraisal at Moscow Trolley Stop, n°66, est une vision de l’intérieur de la Russie en pleine guerre froide. De cette époque, le Diary comprend de nombreux portraits de Capa, ainsi que des photographies historiques : Italian Political Rally de Chim ou Cartier-Bresson à Magnum d’Elliott Erwitt.

John Morris hcb

Lorsque Morris s’est mis en indépendant (freelance), il a crée Independent Picture Service (IPS) et a distribué des photoreportages. Cette sélection des photographies documente les problèmes politiques et sociaux des années 60, y compris Police Shooting Range de Thomas Hoepker et Father and Son de Akihiko Okamura, publiée par Marjorie Morris dans le livre anti-guerre And/or. Juxtaposées avec ses images de conflits on trouve des photographies poignantes de la vie quotidienne américaine comme Water Witch de Jim Richardson et Caboose Coffee, n° 96, des cheminots de Simpson Kalisher.
En 1961, Morris a assemblé une séquence inoubliable sur John et Jacqueline Kennedy avec leurs photographies célébrées de mariage de Toni Frissell. Morris a négocié la publication de l’unique photoreportage dans LHJ. Il a également joué un rôle crucial dans l’obtention de la permission pour Cornell Capa de prendre les images de la Maison Blanche en coulisse, des œuvres fascinants de la vie quotidienne politique. Les photographies connues et inconnues dans la section Kennedy sont suivies par des images politiquement fortes du mouvement des droits civiques aux Etats-Unis, figurant notamment Freedom Rider Accompanied by the National Guard, n° 147, de Bruce Davidson.

Yoichi Okamoto, ancien officier de la United States Information Agency, a eu un accès sans précédent à la Maison Blanche sous le Président Lyndon B. Johnson. Le Bureau de photographie de la Maison Blanche venait d’être crée. Le laboratoire photographique interne, utilisé auparavant uniquement pour des raisons militaires, est devenu l’atelier d’Okamoto. Il était le premier photographe « civil » de la Maison Blanche ce qui constitue un tournant du photojournalisme politique. Des portraits de puissants hommes politiques au travail en temps de guerre étaient édités dans IPS Contact Sheet de Morris : President Johnson with Rep. Clarence Cannon, n°159 et Vietnam War Briefing, n° 163. Au New York Times, Morris a révolutionné la présentation de la Une et a publié les premières photographies couleurs de l’atterrissage sur la lune.

Les amitiés prestigieuses de Morris ont eu un impact sur l’histoire de la photographie. Ceci explique la présence des photographies remarquables comme celle de Dorothea Lange, A Useful Woman in Small Ways, 1951, n°82 et la section dédiée à l’œuvre de Hansel Mieth and Otto Hagel, deux photographes peu reconnus de Life. Des épreuves rares (proof prints) de Haïti de W. Eugene Smith, tiré par Smith lui-même, témoignent aussi de la relation étroite et de l’amitié entre photographe et rédacteur.

La section finale du Diary est consacrée à Paris où vit Morris depuis 28 ans. Elle termine avec des épreuves de nombreux anciens collègues et amis comme Marc Riboud, Peter Turnley et Jane Evelyn Atwood. Morris continue son implication et rôle dans l’histoire du photojournalisme restant à jour de l’évolution du médium, toujours disponible à découvrir de nouveaux photographes talentueux.

Chaque note du diary est un objet photographique unique. Le John G. Morris Photo Diary nous conduit à travers l’histoire visuelle de notre siècle, nous présentant des images classiques ou nous faisant découvrir des images inconnues, non sélectionnées pour publication mais qui sont tout aussi important pour l’histoire. A l’âge de 94 ans, Morris partage ses histoires personnelles et professionnelles dans ce photo diary. Au travers de son expérience comme rédacteur de photo ou de son activisme politique comme démocrate et militant pour la paix, Morris a fait une contribution majeure à l’histoire du photojournalisme en permettant à des millions de gens de voir le monde à travers les yeux de ceux qui étaient les plus proches des événements du vingtième siècle.

Notices en français : John Morris 30 avril francais

Résultats : 30.04.2011 Resultats vente John G Morris Photo Diary – 30 avril 2011

Twentieth-century photojournalism represented a time of strong visual storytelling, when news pictures were developed in darkrooms and printed systematically for distribution and publication…

Catalogue complet (English) : 30.04.2011.Photo diary

03.06.2008 Metropolitan Museum Of Art : Framing a Century, un siècle de photographie exposé en treize artistes

“The exhibition tells the story of photography’s first one hundred years through the work of key figures who helped shape the aesthetic and expressive course of the medium: Gustave Le Gray, Roger Fenton, Carleton Watkins, William Henry Fox Talbot, Julia Margaret Cameron, Nadar, Édouard Baldus, Charles Marville, Eugène Atget, Walker Evans, Man Ray, Henri Cartier-Bresson, and Brassaï. The exhibition presents ten to twelve iconic works by each of these artists to convey a broad sense of their contributions to photography. Many of the works are drawn from the Museum’s 2005 acquisition of the Gilman Collection.” Read More

Malcolm Daniel, Curator in charge, Department of Photographs, has authorized us to reproduce the complete list of works that were exposed in Framing a Century, Masters Photographers for which no printed trace currently exists. Thirrteen photographers :

William Henry Fox Talbot, 1800–1877 (02.1)
Botanical Specimen, ca. 1835 The Oriel Window, South Gallery, Lacock Abbey, probably 1835 Bookcase at Lacock Abbey, 1839 Winter Trees, Reflected in a Pond, 1841–42 The Open Door, April 1844 Articles of Glass, 1841–44 Bust of Patroclus, August 9, 1843 The Boulevards at Paris, May–June 1843 Cathedral at Orléans, June 21, 1843 The Tomb of Sir Walter Scott, in Dryburgh Abbey, 1844 Loch Katrine Pier, Scene of the Lady of the Lake, October 1844 Plymouth from Mt. Edgcumbe, September 1845 Fruit Sellers, ca. 1845 Dandelion Seeds, 1858 or later; photogravure The Pencil of Nature, 1844–46 A Scene in a Library, 1841–44

Roger Fenton, 1819–1869 (02.2/08.2)
South Front of the Kremlin from the Old Bridge, 1852 Wharfe and Pool, below the Strid, 1854 Landing Place, Railway Stores, Balaklava, 1855 Roslin Chapel, South Porch, 1856
Falls of the Llugwy, at Pont-y-Pair, 1857 Salisbury Cathedral—The Nave, from the South Transept, 1858 Still Life with Fruit, 1860 Landscape with Clouds, probably 1856 Reclining Odalisque, 1858 Self-Portrait, February 1852 Rievaulx Abbey, the High Altar, 1854

Carleton Watkins, 1829–1916 (09.2)
“Grizzly Giant,” Mariposa Grove, California, 1861 The Town on the Hill, New Almaden, 1863 Sweat House, 1863 Cape Horn near Celilo, 1867
View on the Columbia, Cascades, 1867 Multnomah Falls, Oregon, 1867 San Francisco, from California and Powell Streets, 1864 Looking Up Among the Sugar Pines—Calaveras Grove, 1878 Devil’s Canyon, Geysers, Looking Down, 1868–70 Strait of Carquennes, from South Vallejo, 1868–69

Nadar, 1820–1910 (01.2)
Seated Model, Partially Draped, 1856–59 Standing Female Nude, ca. 1855 Théophile Gautier; Jules Janin, both, ca. 1856 Eugène Pelletan, 1855–59
Gioacchino Rossini, March 1856 Pierre-Luc-Charles Cicéri, 1855–60 Catacombs, Paris, April 1862 Nadar with His Wife, Ernestine, in a Balloon, ca. 1865 Self-Portrait in American Indian Costume, 1863 Alexandre Dumas, November 1855
Pierrot Laughing, 1855 (with his brother Adrien Tournachon) Pierrot Running, 1854–55 (with his brother Adrien Tournachon)

Julia Margaret Cameron, 1815–1879 (02.2)
Kate Keown; Philip Stanhope Worsley, both, 1866 Sir John Herschel, April 1867 Christabel, 1866 Zoe, Maid of Athens, 1866
Sappho, 1865 The Mountain Nymph Sweet Liberty, 1866 After Perugino. The Annunciation, 1865–66 Déjatch Alámayou, King Theodore’s Son, July 1868 Alfred, Lord Tennyson, July 4, 1866 The Parting of Lancelot and Guinevere, 1874 Mrs. Herbert Duckworth, 1867

Gustave Le Gray, 1820–1884 (01.2/13.2)
Oak Tree and Rocks, Forest of Fontainebleau, 1849–52 Mission héliographique, Remparts, Carcassonne, 1851 Forest of Fontainbleau, ca. 1856 Tree Study, Forest of Fontainebleau, ca. 1856
Brig on the Water, 1856 Cavalry Maneuvers, Camp de Châlons, 1857 Imperial Yacht of Reine Hortense, Le Havre, 1856 Temple of Edfu, Égypte 1867 The Great Wave, Sète, 1857 Nude, ca. 1856 Portrait of Gustave Le Gray, 1854 (with Alphonse de Launay) Mediterrannean Sea at Sète, 1857

Charles Marville, 1816–1879 (01.2)
Man Lying beneath a Chestnut Tree, 1850–53 Allegorical Sculpture of Industry, Pont du Carrousel, 1852 South Portal, Chartres Cathedral, 1854 Cloud Study with the Dome of the Invalides, 1855–56 The Mummified Cat (Found in the Excavations of Rue de Constantine – Impasse Briare, 1860s Rue Estienne, from the rue Boucher, 1862–65 Cour Saint-Guillaume, ca. 1865 Arts et Métiers (Ancien Modèle), 1877 The Bièvre River near the Gobelins, ca. 1865

Édouard Baldus, 1813–1889 (01.2)
Château of Princess Mathilde, Enghien, 1854–55 Entrance to the Port of Boulogne, 1855 Group at the Château de la Faloise, 1857 Imperial Library of the Louvre, 1856–57
Lyon during the Floods of 1856, June 1856 Pont en Royans, ca. 1859 Tunnel, Vienne, ca. 1861 “The Monk,” La Ciotat, ca. 1861
Cloister of Saint-Trophîme, Arles, ca. 1861 “Eagle’s Beak,” La Ciotat, ca. 1861

Eugène Atget, 1857–1927 (01.4/01.6)
Organ-grinder, 1898–99 Versailles, The Orangerie Staircase, 1901 Water Lilies, 1910 or earlier 15, rue Maître-Albert, 1912 Ville d’Avray, 1923–25 Saint-Cloud, July 1921 Versailles, 1923 Versailles, 1923 Rue Asselin, 1924–25 Avenue des Gobelins, 1925 Avenue des Gobelins, 1927 Rue de la Montagne-Sainte-Geneviève, 1924

Walker Evans, 1903–1975 (09.6)
East River, New York City, 1929 Torn Movie Poster, 1931 Votive Candles, New York City, 1929–30 Bedford Village, Westchester County, New York, 1931 Coal Dock Worker, 1933 Room at Louisiana Plantation House, March 1935 Negro Church, South Carolina, 1936 Alabama Tenant Farmer, 1936 Kitchen Corner, Tenant Farmhouse, Hale County, Alabama, 1936 Billboard, Birmingham, Alabama, 1936 Subway Passenger, New York, 1938–41 Penny Picture Display, Savannah, 1936

Henri Cartier-Bresson, 1908–2004 (01.6/04.6/05.7/10.6)
Allée du Prado, Marseilles, 1932 Hyères, France, 1932 Quai St. Bernard, Paris, 1932 Valencia, Spain, 1933
Barrio Chino, Barcelona, 1933 Andalusia, Spain, 1933 Santa Clara, Mexico, 1934 Seville, 1933
Sunday on the Banks of the Marne, 1936–38 Dessau, Germany, 1945 Calle Cuauhtemoctzin, Mexico City, 1934

Man Ray, 1890–1976 (01.6)
Woman, 1918 Marcel Duchamp, ca. 1920 Jean Cocteau; Kiki Drinking, both, 1922 Barbette Dressing, ca. 1926 Marcel Proust on His Death Bed, 1922 Frames from Emak Bakia, 1927 Rayograph, 1923–28 Jacqueline Goddard; Male Torso, both, 1930 Arm, ca. 1935 The Model, ca. 1933

Brassaï, 1899–1984 (01.6)
Pont Marie, Île Saint-Louis, 1930–32 A Pillar of the Corvisard Metro, 1945 Rainy Day on the Champs Elysées, 1931; Rain in Paris, ca. 1931 Morris Column in the Fog; Lesbian Couple at the Monocle, both, 1932 Big Albert’s Gang, Place d’Italie, 1931–32 Introductions at Suzy’s, 1932-1933 Street Fair, Boulevard St. Jacques, Paris, 1931 Kiki and Her Accompanist, Cabaret des Fleurs, ca. 1932 A Vagrant Sleeping in Marseille, 1935 Nude, 1931–34 Involuntary Sculpture (from a Retarded Person), 1932 Graffiti, Paris, 1944–45 ; Plane Tree, Paris, 1945 La rue Quincampoix and its hôtels de passe, 1933

Continuer la lecture de « 03.06.2008 Metropolitan Museum Of Art : Framing a Century, un siècle de photographie exposé en treize artistes »

20.05.2005 Henri Cartier-Bresson rue de la Jussienne

20.05.2005 Couv HCB

Édité avec l’accord de Magnum Photos et de la Fondation Henri Cartier Bresson et le soutien de l’Accademia dei Venti, cet ouvrage, réalisé par les 23 enfants de la classe de CP-CE1 de Mme Christine Liberge, M. Olivier Thomé étant leur professeur de dessin, a été achevé d’imprimer le 20 mai 2005 par Copie 45, 6, rue Jean Bertin, 45430 Chécy.

Présentation d’Agnès Sire :

“De la rue de la Jussienne à l’impasse Lebouis. C’était par un matin d’hiver froid et pluvieux. Accompagnés par leur institutrice Mme Liberge, le professeur de dessin, M. Thomé et la directrice de l’école de la Jussienne, Mme Bruneau, une ribambelle de très jeunes enfants se présente à la Fondation pour visiter et analyser l’exposition d’alors : «Henri Cartier Bresson – Alberto Giacometti une communauté de regards».

Leur professeur d’arts plastiques leur parle – fort bien – de l’art et de la manière de regarder silencieusement la pièce entière avant de répondre aux questions ou d’exprimer une opinion. Il sait susciter les commentaires des enfants de 6 ans sans forcer leurs remarques.”

Suite sur le pdf : 20.05.2005 maquette HCB

Les enfants ont signé de leur nom : CP : Florian decharte, Jean-Baptiste Desban, Théophile Gourlin, Samuel Konckier, Erika Lamoureux, Maylis Lebrun, Margot Lemaire, Cassandre Libermann, Léonie Lichtenberger, Victoria Martin, Céleste Plantureux, Emma Sednaoui, Aminata Touré

cE1 : Alexandre Aranicki, Lamia blidi-Boukamel, Marjolaine Chagrot, Yuriy Chernyshuck, Marion Helip, Christine Huang, Axel Kamenga, Mathieu Mejri, Cindy Miao, Margot Rouiller

Dans la même collection :

Rodin rue de la Jussienne
Giacomelli rue de la Jussienne
Les Jocondes