21.09.2015 Article à paraître : La Fin des multiples

Résumé :

 

Les activités financières qui absorbent la grande majorité des richesses et des échanges ont fortement influencé le marché de l’art en imposant une calibration, une homogénéisation des articles afin de les appréhender comme des valeurs spéculatives. Un mot ancien pris dans une acception nouvelle résume cette évolution : les multiples à collectionner. Des multiples dont on pourra suivre fébrilement l’évolution des cotes, dans une fièvre prenant l’exact contrepied de la démarche séculaire des collectionneurs à la recherche patiente du singulier, du détail, de la preuve, des indices qui construisent une chaleureuse relation de l’humain à l’objet unique convoité tel une relique.

La financiarisation des échanges d’objets de collections a favorisé deux métiers qui n’ont pas manqué de surgir face à l’impatience avide de spéculateurs sans expérience. Les escrocs et les faussaires…

 

Publication annoncée pour le 21 octobre 2015

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *