Une exposition à Senigallia et un article remarquable de Michele Smargiassi : Giacomelli ou le don d’ubiquité

A l’occasion d’une interessante exposition dans le nouveau lieu d’exposition de Senigallia PIKTART (https://www.pikta.it/piktart/), le journaliste Michele Smargiassi a rédigé un remarquable article sur le don d’ubiquité de Mario Giacomelli, qui savait élargir son champ de vision grace à la complicité avec des amis voyageurs dans les airs ou sur terre, à qui il confiait parfois sa camera, toujours des instructions précises de metteur en scène. Voici la traduction (adaptée) de l’article du blog au nom malicieux : “Fotocrazia”. Une version de l’article a paru dans La Repubblica le 23 novembre 2019.

“Il était curieux de savoir de quelle manière Dieu nous observe. Que comprend-il de nous, depuis le haut des cieux, lui qui “ne peux voir, s’il est juste au-dessus de nous, dans quel état nous sommes réduits”.

Ce sont les paroles de Mario Giacomelli, recueillies par sa nièce Simona Guerra, dans une longue interview, peu avant sa mort, en 2000.

Mais Dieu n’a pas peur de voler dans le haut des cieux. Et par ailleurs, Dieu est omniscient. Mais lui, Giacomelli, ne l’est pas. Il a donc cherché une solution.

« Amateur » génial, Giacomelli fut l’un des plus grands artistes utilisant la photographie au XXe siècle, peut-être l’un des deux ou trois photographes Italiens connus au-delà des frontières de ce pays culturellement autarcique.

Mais en fait, cet artiste inspiré, isolé et plutôt misanthrope, avait peur de s’envoler dans les airs. Il a donc eu idée d’emprunter les yeux d’un ami et compatriote, un collègue photographe professionnel qui, lui, avait l’habitude des avions.

Capture d’écran 2019-12-03 à 09.41.58

planche-contact de l’archive Leopoldi, Senigallia

Continuer la lecture de « Une exposition à Senigallia et un article remarquable de Michele Smargiassi : Giacomelli ou le don d’ubiquité »