17.07.2019 Une suggestion pour démarrer une collection au quart de seconde ?

Il existe cinq versions de la partie de cartes de Cézanne, plus quelques dessins et études préparatoires. Chaque musée ou chaque collectionneur pourra, s’il le désire, obtenir un fragment d’un quart de seconde du film contemporain des frères Lumière :

Une dizaine de séquence de 6, 7 ou 8 photogrammes sont disponibles. Ils proviennent d’un fragment de quelques secondes récemment retrouvé, rescapé d’une bobine positive d’époque du film La partie d’écarté, tourné à la Ciotat quelques jours après Noël 1895. C’est donc un des premiers films, réalisé au moment des premières séances publiques de cinématographe de décembre 1895.

C’est un film positif d’époque, avec ses perforations rondes, et on y voit Antoine Lumière (1840-1911) en personne, lui qui incita ses deux fils à unifier et faire la synthèse des inventions complémentaires de l’époque : chronophotographie, dessin animé, projection lumineuse, peep-show. Il est entouré de proches du premier cercle familial :

Le nom des trois joueurs :

Antoine Lumière : le joueur de cartes au chapeau clair
Félicien Trewey (prestidigitateur et agent des Lumière à Londres) : l’autre joueur de cartes
Alphonse Winckler (beau-père de Louis, d’Auguste et de leur sœur) : le spectateur (au centre)

Ce fragment correspond au premières secondes du film qui dure en tout 46 secondes. Assis à une table de jardin, deux hommes (Antoine Lumière et  Félicien Trewey), devant un troisième homme (le beau-père), font une partie d’écarté, un jeu de cartes (32 cartes) à la mode au XIXe siècle.

Quelques secondes plus tard intervient un serveur qui lorgne le jeu, volubile et enthousiaste. Il applaudit le vainqueur qui, contre toute attente, n’est pas le manipulateur de cartes professionnel. Les trois hommes trinquent à leur amitié. Alphonse Winckler était brasseur de bière et souhaitait promouvoir une boisson encore peu répandue dans cette région lyonnaise. Le serveur lui est dans la vie civile le valet de chambre d’Antoine Lumière, Ferraut.

Remarque : Alphonse Winckler est triplement allié à Antoine Lumière : en février 1893, sa fille Rose a épousé Louis Lumière, et six mois plus tard et le même jour, le 31 août 1893 son fils Jules épousait  Juliette Lumière,  et sa cadette Marguerite, Auguste Lumière. Cela ne s’arrête pas là, en 1903, le cadet des Winckler, Charles épouse France Lumière. Et pour la génération suivante, leur fille Odette Winckler épouse en 1926 Henri Lumière avec qui elle partage exactement les même quatre grands-parents.

Le film est disponible en version numérique en ligne :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Partie_d%27%C3%A9cart%C3%A9

https://en.wikipedia.org/wiki/Partie_de_cartes

Éléments pour une histoire matérielle du film cinématographique

En 1887, l’Américain John Carbutt invente un film souple, transparent et résistant en nitrate de cellulose, que l’industriel George Eastman met sur le marché en 1888, débité en rouleaux de 70 mm de large sans substance photosensible et sans perforations.

D’abord, le film Eastman est découpé sur sa longueur en trois rubans de 19 mm de large (un pouce). Edison, dans sa jeunesse avait été un habile opérateur du télégraphe électrique, il était familiarisé à la présence de perforations sur le ruban de papier de l’invention de Samuel Morse, qui assuraient l’avancée du message.

Il dote la bande de 19 mm (1 pouce) d’une unique rangée de perforations rectangulaires arrondies dont il prend soin de déposer le brevet. Ces perforations se situent sous le photogramme, à raison de 6 perforations par image, car le défilement de la pellicule se fait à l’horizontal. Les premiers photogrammes obtenus sont circulaires, dernier lien de l’invention avec les jouets optiques, et mesurent en diamètre trois-quarts de pouce, soit environ 12 mm.

Continuer la lecture de « 17.07.2019 Une suggestion pour démarrer une collection au quart de seconde ? »