Publié le

09.08.1890 Jules Antoine annonce la mort de Vincent Van Gogh dès le 09 août 1890

On considère souvent que ce sont essentiellement un journal local, l’Echo Pontoisien puis une feuille parisienne, La Petite Presse, qui annoncent la disparition du peintre le 07 puis le 18 août 1890 (Cf Wikipedia et Paul Gachet, Soixante-dix jours de van Gogh à Auvers, Editions du Valhermeil, 1994).

Art et Critique, la revue dirigée par Jean Jullien où Jules Antoine avait déjà consacré plusieurs articles aux peintres novateurs, l’annonce également dans son numéro 63 du 9 août 1890 :

Art et Critique 9 aout 1890 nous apprenons la mort de Vincent

Le même numéro 63 contenait un remarquable article de jUles Antoine consacré à Van Gogh et Signac : Les Peintres néo-impressionnistes.

Trois semaines plus tard, à la fin du mois d’août, Georges Seurat informait Maurice Beaubourg de la mort tragique de Vincent Van Gogh :

(…) Je connaissais moins intimement Van Gogh. En 1887, je lui parlais pour la première fois dans un bouillon populaire situé près de la fourche avenue de Clichy (fermé). Un immense hall vitré était décoré par ses toiles. Il exposa aux indépendants de 1888.1889.1890.

Signac m’apprit sa mort ainsi : »Il se flanqua une balle dans le côté, elle traverse le corps et va se loger dans l’aine. Il se promène deux kilomètres, perdant tout son sang et va expirer à son auberge »

(Vente Bérès, N°130. Georges Seurat. Lettre à Maurice Beaubourg, lettre autographe signée et datée avec croquis et ratures, Gravelines, 28 août 1890, 3 pages in-8°. Rare et célèbre lettre : art poétique, manifeste, et testament de Georges Seurat. La plus belle des lettres de peintre de Pierre Berès. C’est dans une salle archicomble (plus de 400 personnes) que se déroula le 20 juin 2006 à l’Hôtel Drouot, la quatrième vente de la collection Pierre Berès. Cette vente est peut-être la plus importante des six organisées.)

Une thèse soutenue à Montréal en septembre 1998 par Françoise Lucbert, « ENTRE LE VOlR ET LE DIRE, La critique d’art des ecrivains dans la presse symboliste en France de 1882 & 1906« , étudie  l’importance de la revue symboliste fondée par Jean Jullien en juin 1889. Cette thèse a été publiée aux PUF en 2005, elle est accessible en ligne sur un site canadien.

Art et critique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *