01.06.2007 Récréations photographiques avant Photoshop, les facéties de Louis Deflubé

 

Cette épreuve, et quelques autres étaient accompagnées d’une note manuscrite rédigée en 1930 par son petit-fils, André Cottenet : « Photographie faite par grand-père Deflubé dans son grenier (1872). Sur un plancher supporté le plus souvent par de vieilles caisses, il posait une toile de fonds qu’il avait peinte en accord avec ce que représentait le premier plan, et il construisait ce premier plan en terre et en sable qu’il teintait au besoin, les massifs d’arbres sont des branches de genevrier, épines et autres, les palmiers sont les plumes d’un plumeau, réunies en un faisceau entouré de bandelettes, l’eau des lacs un miroir posé horizontalement, les cascades des montagnes de la ouate et les banquises du bicarbonate de soude. M. Deflubé animait le paysage en y plantant des personnages, des bateux, des maisons et des animaux.


Il lui fallait des semaines pour obtenir une photo paraissant faite d’après nature. grand père s’amusait beaucoup à intriguer ses amis. Quelque rares fois il m’a admis à venir contempler un paysage préparé, il y avait même des clairs de lune avec reflets sur l’eau et cascade romantique et j’étais dans l’admiration mais Grand-père me demandait de ne pas sauter ni secouer le plancher support dans la crainte de faire écrouler montagnes et vagues, ce qui arriavit parfois au passage d’une lourde voiture dans la rue ».


provenance : A. Cottenet (petit-fils de l’artiste)

Deflubé

DEFLUBE, Louis Joseph
Directeur d’établissements thermaux
Paris, 18 mars 1797 – Pierrefonds (Oise), 30 juin 1884

Fils de Achille Martin DEFLUBE et de Josèphe Thérèse DROZ. Marié à Marie Stéphanie DORAT. Directeur d’établissements thermaux, responsable de l’Hôtel des Bains à Pierrefonds (Oise), amateur photographe, membre de la SFP à partir de 1873, spécialiste d’études d’après nature, arbres et forêts vers 1860, pratique le collodion humide, tirage sur papier albuminé. Adresses successives : 7, rue d’Orléans-au-Marais (1833) ; rue du Bourg à Pierrefonds (1884).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *