Publié le

16.02.2017 PWT 07-2017 MUNICH 1912, WHEN THE PATH BIFURCATES…

MUNICH 1912: KANDINSKY, DUCHAMP, HITLER

 

Der Blaue Reiter Almanach (The Blue Rider Almanac) was published in early 1912, by Piper, Munich, in an edition of 1100 copies. The volume was edited by Kandinsky and Marc…

In 1912, Marcel Duchamp spent three months in Munich, three months that were to radically change his art and turn him into one of the most influential artist of modernism. He is regarded as pioneer of conceptual art influencing numerous artists from Sol LeWitt to Ai Weiwei and still today continuously inspires new generations of artists…

When Guillaume Apollinaire asked for a photograph for his book “Les peintres cubistes”, a flattered Duchamp went round the corner to Heinrich Hoffmann’s photo studio (380 meters)…

Hitler painted his first self-portrait in 1910 at the age of 21. Samuel Morgenstern, an Austrian businessman and a business partner of the young Hitler in his Vienna period, bought many of the young Hitler’s paintings. According to Morgenstern, Hitler came to him for the first time in the beginning of the 1910s, either in 1911 or in 1912. When Hitler came to Morgenstern’s glazier store for the first time, he offered Morgenstern three of his paintings. Morgenstern kept a database of his clientele, through which it had been possible to locate the buyers of young Hitler’s paintings…

Although Goebbels and some others admired the Expressionist works of artists such as Emil Nolde, Ernst Barlach, and Erich Heckel, a faction led by Alfred Rosenberg despised the Expressionists, and the result was a bitter ideological dispute which was settled only in September 1934, when Hitler—who denounced modern art and its practitioners as « incompetents, cheats and madmen »— declared that there would be no place for modernist experimentation in the Reich… Hitler often blamed the Jewish-Bolshevist community for such and that they needed to be eliminated, even though there were only six Jewish artists out of the 112 included in the exhibit…

 

PWT 07-2017 Der Blaue Reiter

 

 

Publié le

Salon du Livre Ancien 2007 (Dix-neuvième FILA) Kandinsky : L’Équation de la Nécessité Intérieure exposée au Grand Palais

25.04.2007 Kandinsky nécessité intérieure

Vassili (Basile) W. Kandinsky (1866-1944)
Équation originale du Principe de la Nécessité intérieure
Münich, vers 1911

Dessin original sur 1 feuillet de format 170×215 mm, commenté en allemand, blanchiement aux marges, traces d’un ancien encadrement.

Provenance : Valise d’archive transportée de Berlin en 1933 par Kandinsky puis conservée par Nina Kandinsky.

“La nécessité intérieure est pour Kandinsky le principe de l’art et le fondement de l’harmonie des formes et des couleurs. Il la définit comme le principe de l’entrée en contact efficace de la forme avec l’âme humaine. Toute forme est la délimitation d’une surface par une autre, elle possède un contenu intérieur qui est l’effet qu’elle produit sur celui qui la regarde avec attention. Cette nécessité intérieure est le droit de l’artiste à la liberté illimitée, mais cette liberté devient un crime si elle n’est pas fondée sur une telle nécessité. L’œuvre d’art naît de la nécessité intérieure de l’artiste de façon mystérieuse, énigmatique et mystique, puis elle acquiert une vie autonome, elle devient un sujet indépendant animé d’un souffle spirituel” (Wikipedia 2007).

L’exposition eut lieu sobrement sur un stand de salon de couleur rouge, à l’intérieur de forme ovoïde, dans l’enceinte du Grand Palais, les murs intérieurs et extérieurs étaient tapissées de photographies. Le Salon du Livre Ancien était organisé par le SLAM et la FILA. Catalogue : 07.04.2007 SILA

“Quant à moi, quoique la littérature soit moins en faveur que jamais, je suis toujours le même, c’est à dire que je suis parfaitement convaincu que mes dettes seront payées, et que ma destinée s’accomplira glorieusement”
(Charles Baudelaire, Lettre à sa mère, 8 décembre 1848)

25.04.2007 Grand palais nécessité intérieure

25.04.2007 couv Rhino 2 Necessité intérieure SILA

En marge de l’évènement, et sous la forme d’un carnet de réflexions furent publiées quelques extraits d’un manuscrit alors inédit de Kandinsky :

Le principe de la Nécessité intérieure

“Un élan intérieur définissable en qualité et non en quantité, inquiétude, intuition, sentiment d’extrême tension, audace, savoir précis, voilà l’état d’esprit connu de tout artiste doué, état qu’on appelle à bon droit inspiration. Le moment final de cet état, c’est le sens de la mesure dans les moyens d’expression (ce sens écarte l’arbitraire au plan général et dit à l’artiste sensible comment doit être la plus infime partie).

L’artiste dans ces instants de bonheur non seulement “sait” par quelle forme doit être exprimé chaque élément de l’œuvre matérialisée, mais il détermine sans se tromper les limites de la sonorité, de la netteté de cette forme. Une voix intérieure lui indique l’endroit exact de cette forme, ses dimensions, ses côtés, sa dépendance vis-à-vis d’autres formes proches ou lointaines, leur action réciproque, leur sonorité réciproque, etc.

Tout échec dans la réunion de ces conditions exige impérativement des correctifs, de nouvelles recherches souvent lentes et obstinées, aussi longtemps que le sens de la mesure, s’exprimant abstraitement dans l’artiste, ne concorde pas totalement avec la forme matérielle. La voix intérieure, l’esprit obstinément en quête de vérité ne sauraient être égarés par aucune ruse.
Le sens de la mesure qui nous dit très nettement : “trop vif”, “long”, “un peu plus à gauche”, “agrandir à peine”, “atténuer la raréfaction”, etc, ce n’est rien d’autre que comparer la vérité de la forme matérielle avec la forme en quête de matérialisation.

Ainsi, il ne peut faire de doute que la forme matérielle est exclusivement la matérialisation d’une forme vivant de façon immatérielle dans l’artiste. Et de la même façon que chacun des traits d’une forme, que la forme elle-même, que ces liens avec d’autres formes et que leur totale fusion en une œuvre dépendent absolument de l’intérieure nécessité de matérialiser cette œuvre, de même la somme des œuvres d’un artiste grandit exclusivement sous la pression de cette nécessité, et elle est la matérialisation de son œuvre globale (…)

La brièveté et la force du moyen artistique se mesurent à sa précision. Dans l’absolu, un moyen employé n’est ni fort ni faible, ni concis ni délayé. La qualité du moyen se mesure au contenu, ses qualités sont relatives. En art, seul le contenu est absolu. La grandeur de l’œuvre dépend du degré d’absolu dans le contenu et du degré de relatif dans le moyen. Plus s’élève le relatif dans le contenu et l’absolu dans le moyen, plus l’œuvre perd d’expressivité. Le spirituel est absolu. Le charnel est relatif, la concision l’absence de superflu, la pauvreté l’absence de nécessaire.”

“Un veau à cinq pattes est aussi imparfait qu’un veau à trois pattes. La force du moyen est directement proportionnelle au contenu.
Couper une violette avec une scie, c’est la même erreur que scier un gros arbre avec un canif.”

(Kandinsky, Über das Materielle in Der Kunst)

Texte complet dans : 25.04.2007 Rhino 2 Necessité intérieure SILA

Publié le

06.04.2007 Dans la Valise de Kandinsky

06.04.2007 couv valise Kandinski

06.04.2007illust valise Kandinski

“Was ist ein Kochbuch ? eine geordnete Sammlung von zweckmäßigen Rezepten.
Was sind Kochrezepte ? eine aufzählung von “Elementen” und eine Angabe der Proportion — dazu der Werdegang der Zubereitung”

(Wassily Kandinsky Thèse Antithèse Synthèse, Lucerne, 1935, page 15).

Carnet complet en pdf : 06.04.2007 Valise Kandinski

Publié le

01.04.2007 – Rhinoceros JR n°2 Nécessité intérieure (Variation sur un manuscrit de Kandinsky)

rhino2

« Ce qui est spirituellement nécessaire pénètre dans l’âme par un entonnoir. Cet entonnoir, c’est le doux plaisir charnel qui a pour vocation d’attirer l’homme de chair vers une activité spirituelle qui lui paraît d’abord saumâtre. C’est pourquoi le besoin spirituel prend d’abord l’apparence d’un besoin physique. Le plaisir charnel est un appât qui au départ semble un but”
Wassily Kandinsky, Über das Materielle in Der Kunst, 1914

“Quelle odeur sens-je en cette chambre ? Quel doux parfum de musc & d’ambre
Me vient le cerveau réjouir et tout le coeur épanouir ? …”

(Marc-Antoine de Saint-Amant, le Melon, 1637)

Lebedev autoportrait

Autoportrait de V.V. Lébédev sur un toit de Leningrad.

Le 21 juin 2006, à l’occasion d’une rétrospective de Kandinsky à la Tate Gallery, le Guardian de Londres publiait un long article d’Adrian Searle déplorant que, pire encore que pour Mondrian ou Beuys, les oeuvres et les écrits de Wassily Kandinsky (1866-1945) sont difficiles d’accès : “he remains in many respects impenetrable”.

Ses origines russes et mongoles, son emploi de plusieurs langues — russe, allemande et même française, son écriture de philosophe, ont rendues vaines les toutes premières éditions trop hâtives. Heureusement, depuis le centenaire de sa naissance, un travail fort patient permet de reconstituer sa pensée et très prochainement va paraître le grand ouvrage encore inédit, clef de voûte de ses écrits : Du Matériel dans l’art, composé en 1914 et resté, du fait de sa propre volonté, inédit sauf deux chapitres devenus Point et ligne sur plan.

Kandinsky y définit sa théorie de l’art, vision optimiste de la nature humaine qui après bien des violences, trouvera, selon lui, dans l’expression artistique et le monde de l’art la réponse à son besoin de spiritualité.

Table des matières du manuscrit retrouvé  “Du matériel dans l’art”      (Le dessin)

 Introduction

Art in abstracto

3 objets de la composition 1

Moyens d’expression : 1. facteurs déterminants

                                            2. élements premiers 33 point 33 ligne 48

Quelques bases de la composition:

        Creation de formes nouvelles

        (rarefaction, combinaisons, correspondances)

Contenu       “Du materiel dans l’art (en particulier le dessin)

Art in abstracto

        Toute oeuvre en est la atérialisation partielle

La Nécessité intérieure

        Est pour cela à la source de l’oeuvre, ele donnera inspiration et sens de la mesure.

Loi de materialisation

        Soumet, s’assujettit toute oeuvre

Les Formes

        Sont établies par consequent par l’inspiration et la mesure

La Composition

        Est constituée de formes et assujettie par consequent à ses propres lois : lois de materialisation.

(le sens des lois est chez le spectateur un talent passif)

Les Moyens d’expression

        Sont defines par les lois de la materialisation

  1. surface matérielle – facteurs determinants

2.         elements premiers de l’art – leurs valeurs absolues et relatives.

Quelques bases de la composition        dessin – peinture

                        Creation de formes nouvelles

En dessin         sonorité unique et sonorité multiple

            Creation organique et non organique

            2 espèces de rarefaction           monophonie-polyphonie

            4 types de rarefaction   juxtaposition = relation entre formes

            2 espèces de combinaisons       chaud – froid – pesanteur

                                                            claret – voile

La repetition des oppositions équivaut-elle à l’opposition des repetitions ? ou alors elle existe par des moyens intérieurs…  » 

Mouvement

Alexander Rodchenko (1891-1956). Autoportrait derrière Construction spatiale  n°12 , Moscou, 1921. Épreuve d’artiste, 116×174 mm. Rodchenko fut tour-àtour  l’élève, le disciple, le locataire, le voisin, le contradicteur de Kandinsky.

La totalité de ce second carnet de Rhinocéro sjr, « Nécessité Intérieure » se trouve en pdf : Rhino2

Les deux autres essais se trouvent aux pages :
Rhinojr01 métamorphose des collections
Rhinojr03 Tout Voir