Publié le

Paris.Photo.1999 (troisième salon) Raoul Hausmann

15.11.1999 Hausmann a Paris Photo

Pages du catalogue du salon : 15.11.1999.pub paris-photo Hausmann

gardes hausmann 31

“Je l’avais vu dès 1940 traîner ça et là dans le village, tenant du boxeur myope, de l’alpiniste tyrolien et du touriste narquois, avec ses lunettes lenticulaires, sa veste et ses knickerbockers verts à carreaux, sa casquette clabaud aux pans relevés sur le sommet comme celle de Sherlock Holmes” (Sarane Alexandrian, l’aventure en soi, p. 105)

Raoul Hausmann22

Les publications concernant Raoul Hausmann sont plus nombreuses, mais contiennent des informations souvent contradictoires tant cet artiste résiste à l’exercice biographique et à la simplification. Raoul Hausmann a théorisé et pratiqué toutes les formes de créativité passant à sa portée, l’interview de Vera Broïdo avec Bartholomeuw Mari suggère quelques clés de cette débordante activité. Ses photographies nous semblent aujourd’hui remarquables et, heureusement pour nous, quelques épreuves anciennes sont parvenues jusqu’à nous, conservées par sa dernière compagne où quelques interlocuteurs de sa longue vie errante.

Raoul Hausmann21
Essai de chronologie, entretien avec Henri Pénicaut

Raoul Hausmann19
Raoul Hausmann est né le 12 juillet 1886 à Vienne, capitale de l’Empire Austro-Hongrois.
Pendant les années 1930, il dispose d’un passeport tchécoslovaque pour voyager, mais on le déchoit de sa nationalité après 1945, en raison de son “ascendance trop allemande”. L’administration française refuse de lui accorder la citoyenneté en 1960, le sénat de Berlin lui vote la nationalité allemande qu’il a finalement sollicitée pour ne plus être apatride.
Son père, Victor Hausmann, disciple d’Ermenegildo Donadini et de Karl von Piloty pratique et enseigne la peinture classique, académique, historique, dans la capitale impériale des Habsbourg. En déménageant en 1900 à Berlin, il continue à élever son fils dans une éducation artistique parfaite pour l’époque, fréquentant les cercles d’artistes les plus bourgeois mais aussi les plus remuants, Raoul abandonne le collège à 14 ans pour se consacrer à la vie créative.
Raoul Hausmann17
Raoul Hausmann n’a jamais commenté le double suicide de son prère et de sa mère le 5 février 1920 dans leur appartement de Berlin-Steglitz, Feuerbachstraße, 12, sinon par une sobre phrase dans un roman partiellement autobiographique : “Der Vater ist unsichtbar, doch es ist der Vater (le père est invisible, c’est donc le père, Hyle, page 95)”.
Le 18 février 1920, 13 jours plus tard, il anime avec Johannes Baader une folle soirée Dada à Hamburg. Son engagement dada redouble.
Raoul Hausmann16
Pendant l’été 1927, dans le port allemand de Kampen sur l’ile de Sylt, à la frontière occidentale avec le Danemark sur la Mer du Nord, Raoul Hausmann s’essaye pour la première fois à la photographie au coin du feu, avec son ami Henrik Wolzonn, le médecin sans pratique résidant au village.
Raoul Hausmann15
Ses premiers essais personnels, en tirage contact ou sus papier mat ne sont ni signés ni tamponnés. Toutes les épreuves conservées par Hausmann ont été inventoriées en 1990 chez Marthe Prévot et portent une référence au crayon au verso.
Raoul Hausmann14
Sylt devient trop célèbre, trop fréquentée, trop chère et dès l’été 1929, c’est plus à l’est, sur la côte balte de la Poméranie que Hausmann perfectionne sa pratique de la photographie. À Jershöjt, Poméranie, devenu Jaroslaviec, Pologne depuis 1945. C’est là qu’il réalise les remarquables études de nus de ses compagnes.
Le dadasophe est bigame, cet entêtement à braver la morale occidentale lui vaudra beaucoup d’incompréhension de ses contemporains, probablement plus tolérants néanmoins que leurs descendants.
Raoul Haumann a rencontré en 1905, sa première femme Elfriede Schaeffer (1876-1952), il n’a pas 19 ans, elle est plus âgée de 10 ans. Il a rencontré Hannah Höch (1889-1978) en 1915. Il se sépare de Hannah et divorce presque simultanément de Elfriede au début de 1922.
Il vient de rencontrer Hedwig Mankiewitz (1893-1974), qui l’épouse le 23 février 1923 et l’accompagnera jusqu’à la fin de sa vie à Limoges. Hedwig acceptera à plusieurs reprises ce systeme du ménage à trois, acceptant de vivre d’abord avec la jeune Vera Broïdo (née en 1907), rencontrée au printemps 1927 et qui sera présente jusqu’en Espagne en 1934 puis plus tard avec la jeune limougeote Marthe Prévost, rencontrée en septembre 1939 dans le refuge campagnard de Peyrat-le-Chateau.
Raoul Hausmann13
Hausmann expose pour la première fois des photographies de dunes à Stettin en sptembre 1931. Puis il participe à l’exposition de Hambourg de 1932.
Deux sortes de tirages anciens : mat foncé et mat plus blanc filigrané Agfa-Brovira.
Les tirages contacts sont souvent sur des papiers brillants filigranés Agfa-Lupex.
Hausann utilise un tampon.
Quelques épreuves vendues par Hausmann en 1932 sont réapparues dans l’extraordinaire vente Sotheby’s du 2 mai 1997, présentée comme la succession Helene Anderson, du nom de la belle-mère de la directrice d’une maison de retraite suisse où venait de disparaître la veuve de l’industriel de Dresde, collectionneur éclectique et militant nazi, Kurt Kirchbach.
Raoul Hausmann12
Dix jour après l’incendie du Reichstag et les arrestations de 4.000 communistes allemands, le 9 mars 1933 à 10 heures du soir, Hausmann et ses deux femmes prennent le train de nuit pour Paris. Ils ont pu retirer leurs maigres économies de la banque et se sont préparés pour l’exil.
Raoul Hausmann11
Entretien avec Henri Pénicaut (né en 1922) fondateur avec le journaliste Jacques Marjac (né en 1920) du C.A.P.L. en 1949.
Pénicaut rentre à pied du STO à Berlin-Postdam à l’été 1945. En chemin, il réquisitionne (butin de guerre) un appareil photo dans une ferme, un 6×6 isolet, qui devient son premier appareil.
Marjac (nom adopté dans la résistance) est journaliste au Populaire de Limoges et retrouve souvent Pénicaut à la sortie de l’imprimerie. Ils se sont croisés dans le studio du photographe commercial Milan, Bd Carnot, qui encouragea la création du club. Chez Milan, le Docteur Périgord montre aux deux jeunes les livres de référence, comme le traté du Leica du Dr Paul Wolff. Plus tard, c’est lui qui rapportera de Paris Images à la sauvette (Cartier-Bresson de 1958).
À la fondation, le club compte 15 membres dont une jeune femme Françoise qui a épousé un négociant en appareil (Neyens). On note aussi Barny, un homme plus âgé client de Milan. Pénicaut se marie en 1955 et quitte bientôt Limoges.
Le CAPL participe à la coupe de France (2 échelons, 25 clubs)1953.
Raoul Hausmann rejoint le CAPL en 1951, il arriva un soir d’hiver, impressionnant avec ses habits excentriques, ses deux épouses (dont l’une avec un fort accent), sa mauvaise vue. Il vivait alors dans un grand dénuement, sa table de nuit était un cageot de bouteilles renversé. Mais avec une grande dignité bourrue.
Un soir, RH présente ses tirages d’avant-garde lors d’une séance de sélection pour participer au salon de Bordeaux, présidé par Léonard. On accepte et ce sera l’unique fois de présenter quelques une de ses tirages mats sur papier “chamois”. Mais dès 1954, RH devra retirer toutes ses photos sur papier blanc-brillant (glacé).
RH ne facilite pas la tâche du directeur du club qui doit chaque calmer les esprits après ses provocations: ainsii un soir de sélection, il se lève sans prévenir et récite un poème phonétique, en vocalise tonitruante.

Raoul Hausmann10
Il faisiat un peu pitié, il était si peu impressionnant avec ses habits usés, on aurait dit un clochard, très fatigué par les épreuves des années de privation. On n’a jamais osé faire son portrait. Sa maison était dans le plus extrême dénuement, aucun objet d’art.
Pendant les séances où l’on regardait les photographies des uns et des autres, il était très humble, très secrets, avare d’explications, lachant seulement de temps en temps: “J”ai pris cela sur les plages de la Baltique”, “ Ile de Sylt”.
Il regardait les photos des autres en silence sauf de temlps en temps un: “ celle-là je l’aime bien”, il s’agissait d’une photo de P., une balle de tennis sur une chaise canelée qui réutilisait une idée de H (série l’ombre d’une chaise).
Il a payé sa cotisation, il venait avec ses deux femmes qu’il prtésentait ainsi ; l’une c’est ma femme, l’autre c’est ma maîtresse.
600 club français concourraient. Le CAPL est arrivé 4eme en 1951 (1953 ?) avec Hausmann. Il fallait présenter 4×4 épreuves : L’homme, le paysage, nature morte et libre. Il y avait eu 4 de P. 1 de Barny, Claude Hebrar et Greleau, l’ingénieur de sponts et chaussées.
Mais les formats et les papiers sont imposés : 30×40 blanc-brillant (justification donnée plus nerveux, meilleurs contrastes, il fallait fuir le pictorialisme d’avant-guerre). Hausmann notait au dos l’appareil utilisé. (Salons de Vienne et Paris, deux organisateurs rivaux Daniel Masclet et Lucien Lorelle)
P. partait aux salons de Préigueux ou Bordeaux au 6-7 dans 2-3 voitures (R.H. n’est pas venu, il vivait complètement reclus, incapable de se répérer dans Limoges, éternellement accompagné de ses deux femmes).
Chaque deux ans se tient un salon à Limoges avec des clubs invités. 15 jours dans la mairie, au premier étage. R.H. trainait dans les salles pour écouter les commentaires. Il participait aux accrochages pour suggérer des associations impertinentes, un pied semble donné un coup aux trois chaises du cadre à sa droite.

Raoul Hausmann06
R.H. avait fini par être accepté au club malgré d’énormes résistances combattues par P. Seule une minorité sur les 15 membres acceptait les images de R.H. Aucun ne tolérait son accent, son mode de vie. Greleau riait à son humour : devant une composition champêtre d’un poulain têtant sa mère, H. avait proposé le titre “un p’tit coup de blanc”.
La sélection pour l’accrochage des 150 à 200 photos avait valu le surnom de “Comité de la hache”. La jambe entr’ouverte de H. a été écartée à l’unanimité (jamais accrochée).
Après le récit d’un poéme, silence glacial d’incompréhension. le club le prenait au mieux pour un farfelu et s’étonnait que je sois ami avec lui. Il avait souvent d’étranges anomatopées, on pensait que c’était du Yiddish.

Hausman nègre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *