15.04.2013 – Autoportrait de Fortuné Petiot-Groffier. Éléments nouveaux et méthodes d’attribution

concernant le portrait daguerrien de l’homme assis reproduit en couverture du catalogue de la vente du 17 avril 2013.

Homme assis 1841

Ce daguerréotype a été trouvé avec une autre demi-plaque de même format dans l’atelier préservé de Petiot-Groffier à Châtenoy-le-Royal dans les années 1960 et vendus dans une vente aux enchères à Dijon.

Il avait alors été identifié avec le célèbre Bayard par lʼiconographe assisant Mme Chautard, la bibliothécaire chargée dʼun musée de la photographie financé par l’entreprise Kodak et situé au milieu de leurs usines de Vincennes.

Cette identification correspondait au souvenir de la famille : Petiot-Groffier aurait conservé avec lui les portraits des deux hommes qui l’avaient initié en 1841 à la photographie daguerrienne.

Autoportrait Richebourg petit

La confirmation des identifications resta difficile pendant des décennies. Un nouveau visiteur trouva dans le même atelier un manuscrit de 15 pages autographe adressé par Richebourg à Petiot-Groffier, et publié dans les Carnets de Clémentine.

Ce document identifiait définitivement l’un des deux autoportraits confirmant ainsi la tradition transmise dans la famille.

page de Richebourg

Lors de la vente aux enchères (Collection Jammes, La Photographie IV), chez Sotheby’s, les deux portraits étaient catalogués sans attributions, mais une annotation au dos du montage indiquait l’hypothèse : « Bayard ?? »

Bayard-Petiot Groffier1

 

Dag Sotheby's

Dans les premiers mois de 2013, un projet dirigé par Michel Frizot aboutit à la mise à disposition des chercheurs d’une version numérisée des positifs directs de Hippolyte Bayard (HB) conservés à la SFP dont deux autoportraits restés à ce jour inédits et datant de 1839. On remarque l’attitude et la pause adoptées, communes à tous ces portraits de la période “primitive”.

Bayard-SFP

 

Puis, le 25 mars 2013, une nouvelle piste à vérifier, un nouvel indice à prendre en considération. M. François Lepage nous communica une esquisse de portrait de M. Joseph-Fortuné Petiot-Groffier (PG) en nous suggérant de la comparer au modèle du daguerréotype.

Nous avons à la suite de sa demande récherché un portrait de PG daté vers 1850, et de fait il y en avait un dans les collections de la Bibliothèque Clémentine (aujourd’hui offertes et transmises à la SFP, rue de Richelieu).

Voici les éléments et la méthode que nous considérons. Suite dans le pdf :

Discussion portrait assis au daguerréotype PG et HB 0413

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *