Publié le

27.10.2016 RENDEZ-VOUS 80 RUE TAITBOUT JEUDI 27 OCTOBRE à 17 HEURES

cropped-Logo-SP.jpg

Serge Plantureux – Photographies

Cabinet d’expertise et d’investigation

80 rue Taitbout, rez-de-chaussée

(Entrée du square d’Orléans)

75009 Paris + 33 140 16 80 80

durand

Jeudi 27 Octobre, rencontre avec Marc Durand

qui présentera le nouveau dictionnaire des photographes parisiens au XIXe siècle:

De l’image fixe à l’image animée (1820-1910), documents du Minutier central des notaires de Paris relatifs à l’histoire de la photographie,

publication des Archives nationales réalisée à partir du dépouillement sélectif de 5 109 actes.

 

 

 

Et présentation du catalogue

de la vente de photographies anciennes et modernes

Binoche et Giquello, 10 novembre 2016

Drouot salle 9 à 18 heures

couvbetg10112016

(mise en ligne du catalogue dans une semaine)

Continuer la lecture de 27.10.2016 RENDEZ-VOUS 80 RUE TAITBOUT JEUDI 27 OCTOBRE à 17 HEURES

Publié le

03.07.2015 Vincent Van Gogh’s portrait has been sold

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la photographie de Van Gogh a été vendue, suite à une négociation dite d’after-sale qui s’est conclue ce soir vendredi 03 juillet. Prix final 100.000 dollars

Elle appartient désormais à un collectionneur expérimenté de photographie et d’art contemporain, résidant à Manhattan. L’enquête va continuer et le numéro 3 de Nicéphore, cahier de photographie sera publié avec son accord à la mi-septembre.

Capture d’écran 2015-04-28 à 09.19.38

https://www.youtube.com/watch?v=NfnPEgFk4_0

We are pleased to announce the photo has been sold in an after sale negotiation to a senior Manhattan collector, of both photography and contemporary art.
Research will follow on, the last months of Vincent Van Gogh in Paris with the 96 rue Blanche exhibition being the main subject of investigation. The paper publication Nicephore, cahier de photographie n°3 will be distributed at mid-september.
Meanwhile, here is a link to watch online Vincent Van Gogh, Painted With Words, the Andrew Hutton documentary with Benedict Cumberbatch in the lead role as Van Gogh.
 Capture d’écran 2015-07-04 à 11.44.44

 

https://vimeo.com/109538758

Publié le

01.06.2015 Transmission 22 Monday 1st June. Second day auction catalogue is available online

couv 20 juin

The second day catalogue is now available online

we advise three downloads :

Catalogue 20 juin premiere partie

Catalogue 20 juin seconde partie

Catalogue 20 juin troisieme partie

The paper version will be available next week

Public viewing starts tomorrow in Paris, 5 rue du Perche

Thank you

Publié le

19+20.06.2015 Documentary Photography pdf catalogues


Documentary Photography

2-Day auction: 19-20 June 2015

viewing: Paris, 5, rue du Perche 03.06 / 08.06.2015
brussels, 40, rue de l’Aqueduc 12.06 / 18.06.2015
online auction with Drouotlive.com

The Romantic Agony, 40 rue de l’Aqueduc
+32 25441055 auction@romanticagony.com
reference to quote: auction 56 + lot number
Price: 10 euros (20 euros with postal delivery)

 

pdf catalogue :

Catalogue 19 juin premiere partie pages     1- 96

Catalogue 19 juin premiere partie pages 1- 96

 

 

image 19 juin seconde partie pages 97-192

Catalogue 19 juin seconde partie pages 97-192

Catalogue 19 juin troisieme partie pages 193-272

Catalogue 19 juin troisieme partie pages 193-272

(catalogue 20 juin lundi prochain, next monday)

Publié le

11.05.2015 Transmission 19-2015 : “Van Gogh assis, vu de dos”, discussion of the original print

 

Cover Transmission 19

Printable version : BTP 19-2015

Van Gogh de dos - 2

« Van Gogh assis, vu de dos” Asnières, winter 1886-1887

Aristotype, 132×160 mm, later mount, caption in ink by Bernard on the print, another  handwriting on the folded mount.

Provenance : S. Clin, a collector of Émile Bernard’s paintings and memorabilia, who lent this unique print to the Van Gogh Museum in Amsterdam for the Émile Bernard exhibition, August-Nov. 1990.

Nevertheless, most photographic and digital copies still reproduce a post-1940’s version, printed from an inter-negative, the caption being partially hidden by a blank label. The first confirmed publication was in: Tralbaut, Van Gogh le mal aimé, Lausanne, 1969, page 210.

This aristotype, or collodion coated paper print, is the only vintage print known of the famous picture welcoming visitors at the Van Gogh Museum, Amsterdam.
Sitting in front of Vincent Van Gogh, Émile Bernard who wrote “mon portrait en 1886” (My Portrait in 1886). Only few objective elements can confirm
the identification, the grey felt hat, the shoulders (see Pissarro, p.5). Émile Bernard
is said to have only few friends. The tree has no leaves, the weather could be cold. The date in the long second
caption says 1887. In the Van Gogh correspondence, mentions of Asnières start only in 1887.

Who could have taken the picture? Paul Signac is knwn as a friend of both but no evidence of any photographic activity about 1887 could be found.

Continuer la lecture de 11.05.2015 Transmission 19-2015 : “Van Gogh assis, vu de dos”, discussion of the original print

Publié le

02.05.2014 « Mézigue garantit les impressionnisses » ou Le Cri du Peuple du 07 septembre 1887 :

Le Cri

l’appel lancé dans le Cri du peuple


Le 3 septembre, Antoine inaugure le siège social de son Théâtre Libre, au 96 de la rue Blanche, local promis dans la brochure bleue, et découvert par E. Paz. Le jour-même ou le lendemain, André Antoine écrit à Paul Alexis, journaliste au Cri du Peuple, journal révolutionnaire qui reparaît depuis 1883 et est dirigé par Séverine depuis la disparition de Jules Vallès :

“Mon cher Trublot

J’ai soixante ou quatre-vingt mètres carrés de murailles à décorer dans la salle de répétitions. J’ai songé aussi aux autres jeunes, ceux qui peignent ou sculptent des merveilles quelquefois et les gardent dans leurs greniers. Voulez-vous leur adresser un appel dans votre Cri ?

Continuer la lecture de 02.05.2014 « Mézigue garantit les impressionnisses » ou Le Cri du Peuple du 07 septembre 1887 :

Publié le

19.06.2015 Découverte d’un portrait inconnu : Vincent Van Gogh en conversation avec Paul Gauguin et Émile Bernard

LOGO Romantic Agony 3

PRESS RELEASE | BRUSSELS | APRIL 29th 2015 | FOR IMMEDIATE RELEASE

Découverte d’un portrait inconnu :

Vincent Van Gogh

en conversation avec Paul Gauguin et Émile Bernard

Vente publique du 19 juin 2015 à Bruxelles

Continuer la lecture de 19.06.2015 Découverte d’un portrait inconnu : Vincent Van Gogh en conversation avec Paul Gauguin et Émile Bernard

Publié le

06.09.2014 Voici la nouvelle formule du site iPhotoCentral « The Ultimate Source for Purchasing and Researching Fine Art Photography »

Capture d’écran 2014-09-06 à 09.05.12

http://www.iphotocentral.com/index.php

Les articles mis en ligne sont une source fiable pour les collectionneurs et les étudiants de renseignements particulièrement précis et vérifiés, facile à traduire en français. La liberté de ton, la légèreté des commentaires ont valu à leur auteur, Alex Novak bien des compliments, et le surnom du Marcel Proust du cénacle des collectionneurs de photographies. Même si « Goncourt » pourrait sembler parfois plus approprié. Vous pouvez facilement demander à vous abonner à la « Newsletter ».

http://www.iphotocentral.com/subscribe/subscribe.php

Voici le plus récent article consacré à une vente aux enchères française, qui s’est tenue au début de l’été à Enghien-les-Bains :

Bizarre Enghien Photography Auction Weirds Me Out,
But Still Brings in Nearly $1.9 Million

By Alex Novak

I have gone to hundreds of auctions, but none of them were as strange as the one at Enghien. Looking over the material online before I left for Paris, I was highly impressed. Many of the prints looked rich and dark on the Internet, and there were some major photos and interesting group lots. They all seemed reasonably estimated. In fact some lots looked incredibly cheap. It was an event that convinced me to come to Paris this summer in fact.

Unfortunately what I found was not quite so positive a picture. My first inkling that things would not be what they seemed came from several French dealer friends who warned me that the prints were part of the estate of Georges Aboucaya, who was a Saint Ouen flea market dealer known for picking up large lots of left-over prints. I recognized the name even though I had no direct dealing with him myself.

The expert for the Enghien auction was Yves di Maria. Yves had been a long-time Paris photo dealer with his brother before they parted company. He first had a gallery in the Marais, but then took to being the expert for a number of French auction houses. He was the expert during the Le Gray sale where—briefly at least—a world record was established for a 19th-century photograph when Gustave Le Gray’s « Bateaux Quittant le Port du Havre » sold for just under $1.3 million.

I have always liked Yves and generally have found him to be honest and knowledgeable, but this auction had me questioning my judgment. Perhaps, as he himself said, the estate’s need to sell quickly in the face of taxes forced a too hasty auction, which could not be prepared for properly. However, I found too many mistakes and the reproductions consistently favored the auction house, and in major ways, in my opinion.

It started with the heavily Photoshopped images up on the auction website and in the printed catalogue, and then with the previews in Paris itself. Usually the Paris previews are held in a spacious apartment that Yves maintains. This time it was held in a single small room across the street from his apartment where as many as 16 people would find themselves squashed together trying to look at the material in difficult circumstances and only over a very short period of time. I spent two preview sessions like this and over eight hours in that little space.

Yves and his wife Agnes were as accommodating and pleasant as they could be under the circumstances, but to say that it was difficult to see nearly 600 lots–many, if not most with multiple images–is an understatement. With over 1,500 images to view, this was a serious challenge. Yes, you could go out later to Enghien-les-Bains to preview the sale (and I did as well, adding another three hours to my previewing time), but a lot of the Parisians preferred to preview earlier and in more « privacy », which was in short demand with this auction. By the way, no magnifying loop or decent light was available at the Paris preview.

After the first appointment, I came back with my own loop to check things. The first thing I looked at under the loop was the « Man Ray » of Tears. It was a large blowup of maybe his most expensive and important work. Only problem was that it was a simple copy from a book, and I believe probably done in the 1950s or later.

 

Capture d’écran 2014-09-06 à 09.15.02

As Sotheby’s expert Simone Klein pointed out to me and others, there is the photographer’s name and the title set in type below the image, just as it is in a book. Interestingly enough this line of type was not shown in either the catalogue, or online. Under the loop you could easily see the half-tone dot screen that indicates that this was copied from a book. The description for the lot indicates dates for when the image was made and published, but gives no such information for this actual piece in the auction. This copy photo had gone through intense conservation, removing mold marks as best as possible; however, spotting from the mold as well as blue staining from something else that appeared to have been spilled on the photograph still marked the image here (although virtually absent from the catalogue and website illustration, as you can see at the right–at least on the I Photo Central website). More importantly, this was a mere later copy that had nothing to connect it to Man Ray himself that I am aware of, except that it was a copy of one of his images from a book.

Continuer la lecture de 06.09.2014 Voici la nouvelle formule du site iPhotoCentral « The Ultimate Source for Purchasing and Researching Fine Art Photography »

Publié le

27.01.2014 Vente d’un daguerréotype de Cyrus Macaire à Rennes lundi 27 janvier

 

DaguerréotypeMacaire

Louis-Cyrus Macaire (1807-1871) et Jean-Victor Warnod (1812-1892)
Navire quittant le port du Havre
c. 1851-1853
Daguerréotype 1/2 plaque (à vue 147×106 mm), dans son cadre en bois noirci d’origine, verre noir peint, papier bleu d’origine.
Image probablement non redressée comme pour la plaque de la BNF, afin de favoriser la vitesse et netteté de la prise de vue.
Jean Victor Macaire a changé de nom pour porter celui de son épouse, Louis Warnod, en 1847.

Exceptionnel daguerréotype en parfait état d’origine, jamais ouvert. La provenance est explicitée dans les deux articles de Ouest-france reproduits ci-dessous. Maître Carole Jezequel l’a adjugé 87.000 euros.

Un seul daguerrotype repertorié à ce jour, il est à la Bibliothèque Nationale Cf BNF Res Eg6-170. Il a été exposé au Musée d’Orsay, Le daguerréotype francais. Un objet photographique (2003) page 271 (reproduction et notice) puis au Metropolitan Museum, « The Dawn of Photography: French Daguerreotypes, 1839-1855 » (2004) Louis-Cyrus Macaire and Jean-Victor Macaire-Warnod, known as « les frères Macaire » (French, 1807-1871; French, 1812-after 1886), Ship Leaving the Port of Le Havre, 1851.

Les photographes se sont installés en haut de l’ancienne tour François Ier, on aperçoit le public sur la Jetée Nord (CF fin de cet article).

Coordonnées de la maison d’enchères : ÉTUDE RENNES ENCHÈRES

Ces daguerréotypes aujourd’hui bien rares furent remarqués et célébrés par le public du début du Second Empire. Voici un extrait de l’article célèbre de Francis Wey (1853)

Comment le soleil est devenu peintre – Histoire du daguerréotype et de la photographie
(Le Musée des familles, 20 juillet 1853, p. 289-300).

Il semblait, après tant de prodiges, que la voie perfectible était parcourue jusqu’à ses limites, lorsque l’on apprit, il y a dix-huit mois, que des héliographes, établis au Havre, obtenaient des dessins de marine, et saisissaient au vol les vagues de l’océan. — La chose est impossible, disait-on ; mais les savants n’eurent pas le loisir de le démontrer ; on adressa des preuves palpables à l’Institut.
Par l’effet de la rapidité avec laquelle ils opèrent, MM. Macaire et Warnod sont parvenus à saisir, dans le mouvement même, un fugitif instant d’immobilité relative …
Continuer la lecture de 27.01.2014 Vente d’un daguerréotype de Cyrus Macaire à Rennes lundi 27 janvier

Publié le

30.05.0001 Vente Cinéma ! du jeudi 30 mai 2013 Accès au catalogue

 

Après la vente Alexander Trauner en octobre 2012, plantureux a été chargé de concevoir le catalogue de la vente Cinéma du jeudi 30 mai 2013, Isabelle Champion analysant et présentant les lots.

Des photographies de repérage et de plateau, quelques photographies d’exploitation de films bien rares du cinéma expressionniste allemand, quelques bobines exceptionnelles. Il reste encore quelques mystères que l’érudition et la sagacité d’Isabelle Champion et de ses amis cinéphiles passionnés n’ont pu percer. Spécialement conçu pour les tablettes, le catalogue prévu comme une cascade serpentine anopistographique n’existe qu’en version numérique.

Catalogue Cinéma 30 mai 2013

Un grand nombre de tirages d’époque rares, collectionnés par deux professionnels parisiens depuis les années 30, sont reproduits et décrits. La partie consacrée à l’Expressionnisme allemand est remarquable grâce notamment à des photographies du Cabinet du Dr. Caligari (lot 56), du Golem (lots 60 et 61), du Cabinet des Figures de Cire (lots 62 à 71) du Dernier des hommes (lots n° 96 à 98) ou d’Asphalt (lots 94 et 95).

On y trouve ainsi les débuts de la firme Pathé (lots 1 à 13), le J’accuse et le Napoléon d’Abel Gance (lot 17 à 20) mais aussi Jacques Tati (lot 181 à 184) et la Nouvelle Vague (lot 185 à 198), nn étonnant ensemble de collages et de scrapbooks du club cinéphilique russe de Leningrad Sysiphe, datant de 1925.

L’âge d’or d’Hollywood est représenté avec une photographie dédicacée par le couple mythique d’Autant en emporte le vent (lot 145) et des portraits de stars américaines et européennes comme Greta Garbo, Louise Brooks, Anna May Wong ou Katharine Hepburn. L’Italie n’est pas oubliée avec Federico Fellini, Anita et Marcello dans La Dolce Vita (lots 213 à 216), ou encore De Sica, Antonioni, Monica Vitti, Sophia Loren et Anna Magnani.

Film de Brian Moser

Et une bobine très étonnante du reportage peu connu de Brian Moser sur la mort du Che Guevara et de longues séquences sur le procès de Régis Debray (emprisonné à Camiri, Bolivie de 1967 à 1971). Nous avons eu l’honneur de projeter le film le 17 mai 2013 en présence de Monsieur Debray qui n’avait jamais eu l’occasion de voir ces images.

 

Un extrait numérisé du film de Brian Moser est disponible sur http://www.youtube.com/watch?v=Tn9XRQwnHsM

Commissaire-priseur Me Alexandre Giquello. Binoche et Giquello, 5 rue La Boétie.

Lyes Hammadouche et Romain Renault ont conçu un petit teaser de l’évènement : http://www.plantureux.fr/2013/05/19/19-05-0001-le-teaser-de-la-vente-cinema/

Par Lyes Hammadouche et Romain Renault. Musique : Hicham Chahidi. Source : http://www.musicscreen.be/

Publié le

17.04.0001 Photographies du Monde Entier (3e vente)

Catalogue, état B.

Pour accéder au pdf en haute def du catalogue entier, cliquez sur : ouvrez-le

Pour reprendre la discussion sur le portrait qui illustre la couverture du catalogue, un article entier est consacré et mis à jour : 15.04.0001

Commissaire-priseur : Me Alexandre Giquello. Catalogue réalisé par François Cam-Drouhin et Gérôme Saint-Germain, qui ont suivi les principes de catalogage de Céros, spécialement établis pour décrire des épreuves photographiques positives, des objets matériels avec leur histoire et leurs stigmates.

En particulier, une taxonomie susceptible d’organiser toute collection générale de photographies, en 9 périodes et 19 grandes zones géopolitiques. Les temps peuvent fluctuer légèrement selon les continents, où les guerres, même mondiales, ne commencent et ne finissent pas toujours le même jour. Les frontières politiques ont, elles, bien souvent évolué selon les périodes.

La convention fondamentale concerne la datation, l’époque donnée pour chaque photographie est celle de l’épreuve positive, et du premier usage de celle-ci.
À la suite du titre, la troisième ligne renseigne le lieu et la date du tirage, éléments essentiels de fixation de la valeur par les collection- neurs. Les dimensions des épreuves sont données en mm, la hauteur précédent la largeur. Elles sont prises aux limites extrêmes du papier ou de la plaque.

Un glossaire précède le catalogue :

Daguerréotype, les premiers photographes fixaient les images sur des plaques de cuivre argentées présentant le même aspect que les miroirs d’argent connus des anciens. On aperçoit notre reflet avant de trouver le bon angle pour distinguer l’image photographique.

Ambrotype, l’image fixée sur le verre n’est ni tout à fait négative ni tout à fait positive. La présence d’un tissu, d’un enduit ou d’un papier noir permet de restituer une image lisible et contrastée.

Ferrotype, cette version très économique des images sur métal a connu son plus grand succès en Amérique. Les clients pouvaient obtenir une image unique, sur place, en quelques minutes. La plupart des praticiens étaient souvent ambulants ou forains.

Calotype, le terme calotype, inventé par Talbot pour désigner son nouveau procédé est de plus en plus utilisé aujourd’hui pour qualifier les techniques du négatif papier des premiers temps, même lorsqu’elles ne sont pas fidèles à la méthode décrite par Talbot. Par extension, on utilise le mot calotype pour renvoyer aux épreuves positives sur papier salé réalisées par les artistes eux-mêmes à partir de ces négatifs. Nous choisirons d’employer l’appelation salé pour décrire les épreuves positives afin de les distinguer de leur matrice.

Salé, les premiers photographes sur papier préparaient leur feuille en l’humidifiant et en la trempant dans de l’eau salée, eau de mer ou sel de cuisine, avant de soumettre le papier à la dilution de sels d’argent. Il leur restait après ces manipulations un goût caractéristique sur le bout des doigts.

Collodion, les recherches pour remplacer le papier par le verre comme support des images négatives se sont heurtées immédiatement au problème de l’adhérence. L’albumine extraite du blanc d’œuf a permis de 1847 à 1852 la préparation de négatifs sur plaques de verre mais qui ne résistaient pas au temps, l’émulsion s’écaillant très vite. On ne connaît à ce jour aucun négatif verre à l’albumine. Des équipes françaises et anglaises ont trouvé et développé l’idée du collodion, un adhésif puissant et peu dégradable qui supplanta immédiatement l’albumine sur verre.

Plaques pour lanterne magique, images photographiques positives fixées sur le verre par le collodion et rehaussées manuellement de couleurs vives.
Cliché-verre, au début des années 1850, Delacroix, Corot et plusieurs peintres ont gravé à la pointe des motifs sur un verre recouvert d’une couche opaque comme le noir de fumée, afin de créer des images désignées clichés- glaces ou clichés-verres. Les épreuves sont ensuite tirées par les artistes le plus souvent sur papier salé, rarement sur papier albuminé. L’œuvre créée possède ainsi une double nature, à la fois dessin et photographie.

Albumine, l’usage du blanc d’œuf a permis de déplacer l’image de l’épaisseur du papier à sa surface. La photographie n’est plus contenue dans les fibres mais dans la fine couche qui les recouvre. Il convient de différencier parmi les épreuves albuminées celles de la première époque sur papier salé-albuminé dont l’émulsion comporte une quantité plus ou moins élevée d’albumine mais dont l’image est encore dans toute l’épaisseur du papier, à l’instar des épreuves salées ayant subi un vernis protecteur. Après la guerre des Duchés et l’annexion par la Prusse de la province méridionale Schslewig-Holstein, les paysans de cette région se sont spécialisés dans l’élevage de poules afin de fournir l’industrie photographique naissante, consommatrice uniquement des blancs d’œufs. Les jaunes ont alors amélioré en protéines les recettes de biscuits pour marins.

Charbon, les papiers au charbon sont quasiment inaltérables et traversent le temps sans dommage. Tandis que dans les collections et les albums certaines épreuves récentes se dégradent, les charbons anciens restent pérennes et surprennent par leurs sombres tonalités.

Citrate, Aristotype, à partir des années 1880, l’usage photographique s’est beaucoup démocratisé. Les embarras liés à l’utilisation de produits chimiques dangereux et nauséabonds étant dorénavant confinés dans des laboratoires spécialisés, les amateurs pouvant se procurer dans le commerce des papiers préparés au citrate d’argent également dénommés aristotypes ou papiers à développement direct.

Argentique, les citrates ont disparu à la fin du XIXe siècle avec l’amélioration des papiers au gélatino-bromure d’argent et gélatino-chlorure d’argent. La gélatine, sur verre ou sur film souple et prête à l’emploi, est toujours d’origine animale. Il s’agit principalement d’os de vaches bouillis, et la grande usine Kodak de Dunkerque recevait des bateaux entiers de vaches sacrées que l’administrateur anglais des Indes évacuait vers la photographie.

Gomme bichromatée, à la suite des artistes viennois et anglais du premier pictorialisme, de nombreux artistes ont recherché à intervenir de manière artistique sur des tirages photographiques, amplifiant les ombres, les clairs- obscurs, les effets de drapé, utilisant des pinceaux, brosses et spatules, pour déplacer les pigments en suspension dans une gomme maléable avant d’avoir séché en durcissant à la lumière. Malgré la réaction violente des avant- gardes, l’école pictorialiste s’est maintenue jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale.

Platine, métal plus précieux que l’argent ou que l’or, mais moins que le palladium.

Autochrome, le triomphe photographique de la pomme de terre. Les pigments des trois couleurs élémentaires sont véhiculés par de minuscules fécules de pomme de terre facilement mélangeables.

Publié le

14.12.2012 Photographies du Monde Entier (2e vente)

14.12.12 Sens Classique

Comme celui de la veille, ce catalogue proposait une innovation en manière de maquette. Les notives se succèdent dans une cascade serpentine anopistographique.

14.12.12 Sens Nouveau

Commissaire-priseur : Me Alexandre Giquello. La convention essentielle de catalogage concerne la datation, l’époque donnée pour chaque photographie est celle de l’épreuve positive, et du premier usage de celle-ci. Voici le catalogue complet téléchargeable :

14.12.12 Du monde entier Cascade serpentine anopistographique

La troisième partie se trouve décalée au 17 avril 2013.

Publié le

13.12.2012 Photographies du Monde Entier (1e vente)

13.12.12 Sens Classique

Commissaire-priseur : Me Alexandre Giquello. Le catalogue proposait en notre époque particulièrement blasée sur les ouvrages de papier, une innovation en manière de maquette. La publicité disait : « le catalogue qui fait tourner la tête » et en effet, il fallait tourner l’ouvrage d’un quart de tour. Les notives se succèdent dans une cascade serpentine anopistographique.

13.12.12 Sens Nouveau

La convention essentielle de catalogage concerne la datation des photographies, l’époque vérifiée est celle de l’épreuve positive, et du premier usage de celle-ci.Voici le catalogue complet téléchargeable :

13.12.12 Du monde entier Cascade serpentine anopistographique

Publié le

24.10.2012 Cinéma : les archives de Alexandre Trauner avec des manuscrits de Jacques Prévert (vente Binoche et Giquello) à Drouot Richelieu

Couv Trauner 24.10.2012

Commissaire-priseur : Me Alexandre Giquello. Catalogue de la vente au enchères « Alexandre Trauner – Jacques Prévert : Une Œuvre Cinématographique » du 24 octobre 2012 conçu par l’équipe de Photocéros avec Didier Naert. Quelques notices fournies par Claude Otorello. La mise en page est légère pour tenir compte de la mixité des lots présentés, livres et manuscrits cohabitent avec maquettes et photographies. La préface est de André Heinrich :

24.10.2012 Gabin TRAUNER-PREVERT 24 OCTOBRE

« En 1929, âgé de vingt-trois ans, Trau est élève des Beaux-Arts à Budapest et se destine à la peinture, quand il doit quitter sa Hongrie natale désormais régentée par le gouvernement antisémite de Miklós Horty. Il choisit Paris, alors que certains de ses compatriotes émigrent en Allemagne ou aux Etats-Unis, et s’inscrit à la Sorbonne pour suivre des cours de mathématiques : « J’habitais avec un ami sculpteur à Montrouge. Un jour un camarade russe est venu chercher un dessinateur connaissant bien la perspective, pour un travail à faire au studio d’Epinay. C’est là que j’ai connu Lazare Meerson » (Entretien de Trauner avec Marie Epstein, Le technicien du film, 15 février 1957).

24.10.2012 Nord TRAUNER-PREVERT 24 OCTOBRE

« Entré en cinéma, Trauner a la chance d’intégrer l’équipe du plus grand décorateur de l’époque : Lazare Meerson. Il débute dans ‘Sous les toits de Paris’ de René Clair, ce dernier ayant pour assistant un certain Marcel Carné. Quelques années plus tard, Trauner et Carné se retrouveront dans ‘La kermesse héroïque’ de Jacques Feyder, décors toujours de Meerson… Meerson disparaît en 1937. Trauner signe alors ses premiers décors, ceux de ‘Drôle de drame’ de Carné-Prévert. C’est le début d’une collaboration prestigieuse, ‘Quai des brumes’, ‘Hôtel du Nord’, ‘Le jour se lève’.

24.10.2012 Paradis TRAUNER-PREVERT 24 OCTOBRE

Parfois, Trauner se contente de dessiner des maquettes que matérialisent d’autres décorateurs. Ce qui, par la force des événements, se passe pendant la Guerre et l’Occupation, Trauner, juif, est interdit de travail. Il participe donc clandestinement à des films de Jean Grémillon, de Prévert et, bien sûr, de Carné. Ses maquettes sont l’oeuvre d’un peintre qui prépare le climat du film à venir. Ce sont de véritables oeuvres dignes de figurer dans les meilleures collections.
En 1940, Trauner habite à Tourette-sur-Loup, dans l’arrière-pays niçois, avec Jacques Prévert, ce qui les amène à partager la vie quotidienne et les projets de films. Pendant que Prévert écrit un scénario, Trauner crée les lieux de l’action. Les décorateurs architectes respectent généralement la tonalité du film et les idées de Trauner : Barsacq pour ‘Les Enfants du paradis’, Douy pour ‘Lumière d’été’. En revanche, Wakevitch et Carné enjolivent ‘les Visiteurs du soir’, éliminant ainsi le caractère âpre du scénario – à l’origine plus proche de Dreyer.

Accéder au pdf complet : Vente Trauner 1012

Aux résultats : 24.10.2012 RESULTATS TRAUNER-PREVERT 24 OCTOBRE

annonce vente trauner

Publié le

12.12.2011 – Since Photography, catalogue de vente de photographies à Drouot Montaigne

12.12.2011 Since Photography couv

Commissaire-priseur : Me Alexandre Giquello. La convention essentielle de catalogage concerne la datation des œuvres, l’époque donnée pour chaque photographie est celle de l’épreuve positive, et du premier usage de celle-ci.

12.12.2011 Since Photography Baldus

Les notices ont été préparées par Jean-Mathieu Martini et toute l’équipe de Photocéros selon les principes de description « spécialement établis pour décrire des épreuves photographiques positives, avec leur histoire et leurs stigmates, et non des images référencées par leur numéro de négatif.

12.12.2011 Since Photography Ponti

Elles ont été rédigées en français et résumées en anglais avec l’aide de Farrah Spott.

12.12.2011 Since Photography Greene
Calotypes, Paris et la France, Études d’arbres, Corot, Paysages, Désastres de la guerre, Théâtre italien, Atget, Anschütz, Janssen, Marey, Kühn, Monet, Métropolis, Gimpel, Man Ray,Edgerton, Brehme , Salas Portugal, Brassaï, Robert Franck, Morath, Callahan, Cavalli, Giacomelli, Christo,

marey

Le catalogue présente en particulier un important ensemble d’épreuves positives de Marey.

« La nouveauté chronophotographique impose une révision du regard, habitué à ne juger, en matière de beauté, que de ce qu’il est habitué à voir. La vérité scientifique, nécessairement dérangeante, remet en cause non seulement l’objectivité apparente du regard, mais tous les acquis du goût et du jugement esthétique :
– Le laid ne serait-il que l’inconnu, et la vérité blesserait-elle nos regards quand nous la voyons pour la première fois ?
Ainsi Marey (Le Mouvement, 1894) renvoyait-il les artistes à leur incapacité de perception occulaire.

(Michel Frizot, Étienne-Jules Marey Chronophotographe, Paris, Nathan-Delpire, 2001 p. 284)

12.12.2011 Since Photography Edgerton

Accès au pdf complet : SINCE PHOTOGRAPHY CATALOGUE COMPLET.PDF

Estimations : 12.12.2011 Since Photography estimations

12.12.2011 Since Photography Ollivier

Résultats : 12.12.2011 Since Photography résultats

Publié le

04.11.2011 Les photographies dans les livres vente du 4 novembre 2011

Photos dans les livres 04.11.2011

La photographie s’est adressée naturellement et dès le premier jour aux imprimeurs et aux éditeurs. Niépce le premier, étudie la possibilité de multiplier les images, Alfred Donné puis Hippolyte Fizeau transformeront les plaques daguerriennes en gravures en relief permettant d’imprimer le papier.

Dans les années 1850, Berchtold présente au concours du duc de Luynes un système de lignage des images, ancêtre de la similigravure mais il faut attendre encore trente ans, et la fin du XIXe siècle pour voir les techniques de reproduction photographique adoptées par la presse et l’édition.

Cette lenteur à adopter des modes de reproduction économique et de large diffusion eut une conséquence heureuse pour les futurs amateurs et les collectionneurs, l’existence de merveilleux livres et albums contenant des épreuves photographiques originales ou des photolithographies de très grande qualité, et produits à petit nombre, voire en exemplaires uniques. Rares par définition, élégants, curieux, ces ouvrages, ces portefeuilles, ces albums d’éditeurs ou d’amateurs font l’objet d’une étude assidue depuis 1952 qui devrait bien vite aboutir à la publication d’une bibliographie préparée à Bruxelles. On doit citer également la récente étude de Paul Edwards : Soleil noir, photographie et littérature des origines au surréalisme.

Les plus célèbres albums édités par Talbot, Blanquart Evrard ou Goupil avec des épreuves de Maxime du Camp, Teynard, Greene ou Salzmann
figurent aujourd’hui parmi les ouvrages les plus précieux de l’histoire de l’édition sur papier.

Nous avons aussi inclus quelques livres et albums enrichis de photographies inaltérables, tirages au charbon ou photoglypties, leur charme est légèrement troublé par leur résistance têtue au vieillissement et ses stygmates nécessaires. Ils rejoignent en cela les productions inaltérables des artistes contemporains, tirages laser et jets d’encre condamnés à peut-être ne jamais vieillir. Ils questionnent les sytème de validation des datations mais aussi les fixations des valeurs.

Accéder au pdfLivres Photos 04.11.2011