Publié le

28.07.2011 Agenda Phaëton, avec cinq saisons

Mise en page 1

Cet agenda s’adresse non seulement aux papivores insatiables mais aussi aux gens pressés qui se sont lassés des agendas virtuels extrêmement efficaces dans le présent mais ne gardant pas plus de mémoire du passé qu’un poisson rouge.

Une fois noirci, il se transforme en journal du temps passé, et l’on peut avoir du plaisir à le conserver une fois les cinq saisons effeuillées. Le prochain comportera deux printemps et les semaines se répartiront de janvier 2014 à juin 2015. Vous devinez qu’il sera suivi par un agenda des deux étés qui annoncera le très attendu agenda des deux automnes.

Chaque semaine annonce un projet d’enquête en cours des studios Robespierre qui sera dévoilée lors de la fête de présentation le jeudi 14 novembre 2013.

Le patrimoine hérité des 150 premières années de pratique photographique est aussi intrigant aux yeux de l’observateur terrestre que la nuit étoilée. Il est aussi vain et périlleux de dresser son inventaire que de faire un catalogue de toutes les étoiles du ciel. Tycho Brahe avait réussi à établir un catalogue précis de 1004 étoiles sans télescope en partant des constelations du Zodiaque. On peut proposer au voyageur curieux un repère simple pour se diriger selon 19 grandes zones et 9 périodes principales. La galerie des Studios Robespierre va explorer tour à tour ces lieux et ces périodes de l’histoire de la photographie. L’agenda sera imprimé sur papier et pourra se conserver dans le même univers que les épreuves photographiques anciennes qu’il décrit et anime. Il pourra, lui aussi, être offert entre amis ou parents.

On ne résiste pas à citer ici longuement un manifeste datant de 1926 de El Lissitzky en faveur des livres de papier, et en particulier des livres simultanés, texte / image : «Dans le domaine de l’art, chaque invention est un moment unique, qui ne connaît guère de progrès par la suite. Avec le temps surgissent toutes sortes de variations sur le même thème, parfois plus corsées, souvent plus fades. Mais la force qui prévalait à l’origine est rarement de nouveau atteinte. Ainsi en va-t-il, jusqu’à ce qu’à force de remplois, l’action produite par l’oeuvre d’art s’automatise et se mécanise, tant et si bien que les sens émoussés ne réagissent plus au medium utilisé. Les temps sont alors mûrs pour une nouvelle invention. Ce qu’on nomme le technique est inséparable de l’artistique. Et c’est pourquoi nous voulons, et ce n’est pas chose futile, en finir avec certaines idées reçues. Gutenberg, l’inventeur du système d’impression par caractères mobiles, a imprimé par ce
moyen une poignée de livres, qui demeurent les réalisations suprêmes de l’art du livre typographique. Les siècles qui lui succédèrent ne furent marqués par aucune invention majeure dans le domaine qui nous intéresse — jusqu’à la photographie.

Si l’on cesse un instant de porter sur tout un regard présomptueux, force est d’avouer que les premiers daguerréotypes ne constituent en aucun cas des objets primitifs mais bien au contraire les plus grandes réalisations de l’art photographique.

L’idée qui anime les humains depuis la fin de la guerre est la consommation matérialiste, alors même que ce qui caractérise les productions aujourd’hui, est leur dématérialisation. Un exemple : Les échanges de correspondances se multiplient, les enveloppes de papier s’entassent. Le téléphone est inventé, les réseaux téléphoniques se multiplient. La radio sans fil arrive. Le matériel s’amenuise
quand il devient envahissant. Nous dématérialisons, nous faisons triompher les énergies libérées sur la matière inerte. C’est un signe de notre temps. Quelles déductions pouvons nous établir de ces observations dans notre domaine de l’art.
Si je pointe ces analogies, c’est pour prouver qu’aussi longtemps que le livre sera nécessaire en tant qu’objet palpable, c’est-à-dire pas encore supplanté par des réalisations radiophoniques ou cinématographiques dématérialisées, il nous faut s’attendre à des inventions dans le domaine de la fabrication du livre, pour qu’ici encore on atteigne le niveau de notre temps.

Nous connaissons deux sortes d’écriture : un signe pour chaque concept (idéogramme, comme en Chine) et un signe pour chaque son (caractère). Le progrès du caractère des alphabets européens modernes par rapport à l’idéogramme est relatif. L’idéogramme est immédiatement universel. C’est-à-dire que si un russe, un allemand ou un américain s’imprègnent de ces concepts, alors ils sauront
lire silencieusement le chinois ou l’égyptien, sans avoir à apprendre leurs langues car la langue et l’écriture sont ici deux choses différentes. Voici un avantage que le livre conçu à partir de caractères alphabétiques a perdu. Je suis convaincu que le livre de demain sera plastique et figuratif.

Avant la Grande guerre, l’idée du livre simultané est apparue et a, d’une certaine manière, été réalisée avec la Prose du Transsibérien de Blaise Cendrars dont la typographie a été composée par Sonia Delaunay-Terk.

La bible de Gutenberg a été imprimée avec des caractères. La bible de notre temps ne peut pas se contenter de caractères. Le livre trouve son chemin jusqu’au cerveau à travers l’oeil, et non par l’oreille. Et les ondes lumineuses qui affluent sont bien plus rapides et intenses que les ondes sonores. La bouche ne permet que la parole, le livre offre à l’oeil une multitude de possibilités
d’expressions.

Les livres de papier rivalisent avec les monuments de pierre et de bronze.

En apprenant à lire, nos enfants découvrent une langue graphique, ils grandissent dans une autre relation au monde et à l’espace, à la figure et à la couleur. Nous serons heureux si les livres figurent et transmettent le devenir lyrique et épique de notre temps”. El Lissitzky (Unser Buch, Gutenberg-Jahrbuch 1926 ).

Agenda 2012 (Phaeton) semaine Thebes

Pour accédez au texte complet et au corps de l’ouvrage en pdf : Phaeton Agenda 2012 FRANCAIS)

L’agenda a été publié également en russe et en anglais :

Mise en page 1

Mise en page 1

Pour accéder au texte anglais : Phaeton Agenda 2012 ENGLISH)

Diaporama de quelques pages :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *