28.04.2016 PWT 17. STEPHEN GEOFFRAY: THE DISCREET CHARM OF PROVINCIAL PAPER NEGATIVES

PWT 17-2016

 

PWT 17-2016 Geoffray

le banquier photographe de charlieu

Etienne Geoffray, fils d’Antoine Geoffray, confiseur à Roanne, et de son épouse Claudine Julie Chavallard est né le Le 17 avril 1827. Il prend plus tard le prénom de Stéphane.

D’abord jeune avocat à Roanne, il est bientôt banquier à Charlieu.

Passionné d’histoire, d’histoire de l’art, d’histoire locale, d’archéologie, de sigillographie, d’héraldique, il est aussi chimiste à ses heures et s’intéresse à la nouvelle invention qui permet d’inventorier et de reproduire : la photographie.

Il est vite passionné par les travaux de Gustave Le Gray, qui publie son procédé sur papier ciré sec en 1850. En 1852, Stéphane Geoffray étudie la cire et plus particulièrement l’un de ses constituants, la céroléine, qui a la propriété de rendre le papier particulièrement translucide : ce sont alors ses premiers essais en photographie. Le 24 mars 1854, il envoie un article dans la revue Cosmos : Nouvelle méthode pour papier humide ou sec.

Le Gray reconnaît l’intérêt du procédé dans l’article du 24 juin de la revue La Lumière, et en mai 1855, Geoffray publie son Traité pratique pour l’emploi des papiers de commerce en photographie. Une deuxième partie Traité pratique pour l’emploi des solutions de céroléine et de cire à la benzine en photographie est annoncée, mais vraisemblablement jamais parue.

La première mention du bourg de Charlieu date de 827 sous le nom Caroli Locus (le « lieu de Charles ». Il est situé au carrefour de deux routes importantes (de Paris à Lyon et de la Saône à la Loire), à la limite du duché de Bourgogne, et sa position stratégique amena les rois de France à prendre la cité sous leur protection : Philippe Auguste la fit fortifier en 1180.

L’abbaye est fondée par Ratbert, évêque de Valence vers 870), et dépend de l’abbaye de Cluny dès 932.

Ville prospère, Charlieu est peuplée de marchands et d’artisans, tisserands bien souvent. Au XIIIe siècle, ses bourgeois édifient une église paroissiale, dédiée à Saint Philibert.

Au XVe siècle, Charlieu joue un rôle important durant le conflit entre les Armagnacs (parti du roi) et les Bourguignons. Mais c’est aussi l’époque où, le trafic routier se détournant, l’essor de la ville s’essouffle, il ya donc six cents ans.

De cette riche histoire bien lointaine, la ville a conservé des maisons du XIIIe siècle en pierre jaune tirée de la carrière de Saint-Denis-de-Cabanne, ainsi que de pittoresques maisons à pans de bois en encorbellements (XIVe-XVe).

Aujourd’hui en 2016, le monastère de Charlieu présente un ensemble de bâtiments intéressants relevant des périodes romanes, gothiques et Renaissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *