Publié le

25.10.2007 Le Grand Inventaire

25.10.2007. Grand Inventaire

Avertissement précédant le premier catalogue :

Décembre 1999 : pendant qu’un célèbre parfumeur se prépare aux derniers jours, se répand la prise de conscience de la fin de notre civilisation, commencée il y a quelques 5.300 ans avec l’apparition des écritures. Toth, dieu égyptien, en était l’un des inventeurs, mais il contrôlait également la lumière de la lune dans l’obscurité. Serait-ce lui qui désigna la photographie pour annoncer l’avènement de l’ère nouvelle ?

La civilisation de l’écrit avait connu une préhistoire riche en pétroglyphes et en peintures rupestres. Celle en train d’apparaître est précédée à son tour de son prodrome, période annonciatrice documentée par les objets photographiques de papier, de métal ou de verre.

Voici le premier de neuf catalogues destinés aux regardeurs ou aux collectionneurs, décrivant chacun une centaine d’épreuves photographiques produites pendant cette attente, suggérant quelques manières d’aborder le grand inventaire : portraits, paysages, natures mortes ; puis de décrire le temps des échanges : échange des biens matériels, commerce des illusions, charme discret de la finance ; enfin de discuter la saisie des événements par les reporters, le souffle de la vérité dont témoignent les artistes, et la nouvelle écriture créée avec de la lumière pure. La photographie possède-t-elle la grâce ?

Les épreuves photographiques proposées sont reproduites en couleurs, avec leurs marges et leurs défauts. Les notices révèlent les auteurs, décrivent les circonstances reconstituées de la création des tirages et les indices laissés par chaque possesseur. Le résumé en anglais permet de préciser autant que possible antériorités et quantités. Toutes ces informations sont garanties et les photographies sont reprises et intégralement remboursées dans le délai d’un mois suivant les commandes.

La majorité des épreuves présentées ont en commun de dater de l’époque de leur premier usage. Les rééditions opportunistes ou les productions récentes des galeries à destination du marché de l’art, sans être totalement absentes du catalogue, n’y figurent que comme l’un des multiple rôles permis par la photographie.

Car la photographie est beaucoup plus que l’art.

Le premier catalogue, Who était présenté sur le Salon Paris-Photo 2007, le mois suivant :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *